Survivre aux vacances

Harassée, j’ai pensé : « Vivement les vacances! » … Et puis je me suis rappelée que j’avais des gamins. Mais cette fois, j’ai un plan!

  • Les confier

L’idéal quand on a des enfants, est d’avoir des parents. Les grands-parents parfaits ne vivent pas trop loin, mais pas trop près non plus. Ils sont assez âgés pour être retraités mais assez jeunes pour avoir le dynamisme nécéssaire au gardiennage de minis humains. Mais surtout ils adorent leurs petits enfants et réciproquement. Manque de bol, chez nous, ils vivent loin, voire très loin. Cela implique donc qu’une fois les enfants accompagnés, on reste dormir. Tu comprends bien qu’on ne fait pas dix heures de route pour refiler le bébé pour aller au restaurant en amoureux.
Il y a également l’option de les confier aux professionnels : crèche, périscolaire. Je trouve Petit Putois un peu jeune pour le périscolaire des vacances (qui est dans un autre établissement que la garderie habituelle). D’autre part, l’ainé étant en vacances, ma culpabilité maternelle m’a poussé à dire que le cadet n’irait pas à la crèche non plus. Ma culpabilité et la flemme de me lever le matin pour l’y accompagner.
Le choix qu’il nous restait était donc de refourguer les marmots à l’autre parent. Je savoure déjà les matins où je me lève seule dans l’appartement et je n’ai pas à m’inquiéter des éventuelles traces de morve ou de Chocapic sur mon pull en quittant la maison. Papa Breizh se charge donc de la première semaine, moi de la deuxième. Bon, avec mon mi-temps, je me suis organisée pour ne travailler que deux journées au début des congés. Par contre la semaine suivante, mon compagnon repart dans le Sud trois mois. Je me retrouverai donc seule avec les deux enfants, matin, midi, soir, nuit et weekend compris. Je me demande s’il n’y a pas une faille dans mon plan…

 

  • Les faire voyager

Changer d’air, ça fait du bien à tout le monde. Mais voilà, avec deux enfants en bas âge et un tempérament d’aventurier pour qui l’exotisme c’est changer de supermarché, les options sont limitées. Comme dit plus haut, on a de la famille à l’autre bout de la France au bord de la mer. Oui mais voilà, c’est beau mais c’est loin. On y est allé à Noël. On a mis deux jours. Les enfants ont adorés dormir à l’hôtel sur la route. Ensuite ils se sont fait pouponner par leur grand-parent et leurs tontons. Nous on s’est préparés psychologiquement aux deux jours de trajet retour. On n’avait pas anticipé l’horreur des bouchons parisiens.
Bref, cette fois on simplifie. On les a déjà emmenés en Suède ce weekend. Enfin à Ikéa. Petit Putois a testé tous le nouveau mobilier comme à l’hôtel. Il a bien retenu le principe de la visite qui est de s’asseoir sur tous les canapés (comme sa mère) et de commencer à faire la gueule quand on arrive au rideaux (comme son père). On a ramené un mini oranger pour faire méditerranéen. Et puis le dimanche nous sommes allés voir la famille à la montagne. Nous avons mangé une raclette et fait de la luge dans la neige glacée. Comme un goût de vacances au ski. S’il nous reste un peu de fougue, on tentera peut-être l’Italie ou les États Unis (pizza ou Mac Do).

 

  • Les distraire

Là, rien de compliqué. Il suffit de leur filer des jouets. Pour leur donner une sensation de nouveauté, il faut juste ressortir les vieux jouets, ceux du fond de la caisse, oubliés depuis longtemps. Et si tu veux vraiment être sure que l’enfant joue avec, interdis lui de le toucher et tourne le dos. Imparable! Néanmoins, si le môme commence à s’agiter, à pleurnicher et t’empêche de te concentrer sur la lecture de ton blog favori, voici ma botte secrète : le dessin animé. Présentement, tu t’en fiches des règles et recommandations des sommités scientifiques, en vacances, tout est permis! Balance un marathon de Petit Ours Brun (si tu supportes le générique en boucle) ou tente la rétrospective des Disney de ton enfance. Maintenant si le niveau sonore de ta marmaille dépasse la Reine des Neiges qui s’époumone, il te reste l’arme ultime : caramels, bonbons et chocolats (merci, pas pour moi, mais tu peux bien les offrir à une autre). La bouche de l’enfant remplie, tu peux savourer la quiétude du silence et somnoler à ta guise. Et s’il en mange trop au point d’avoir mal au ventre? Super, profitez en pour l’envoyer au lit : « Oh mon pauvre petit chou, tu as mal à ton bidon, vas vite faire un petit dodo comme tu es malade« .
Si tu souhaites être un meilleur parent et avoir des choses à raconter sur Instagram, tu peux aussi proposer des sorties à ta famille. En effet, selon les gens, il faut sortir les enfants régulièrement. Un peu comme les chiens. Pour ça, tu as l’option classique du parc. Par contre je te déconseille fortement cette idée en ce moment, car un froid sibérien s’est abattu sur la France et il est toujours délicat de décoller un enfant qui a gelé sur le toboggan. Sans évoquer le fait de moucher des nez pleins de stalactites de morve. Nous avions aussi prévu une virée à la piscine. En réalité, ça fait trois mois qu’on dit que le weekend prochain, on ira à la piscine. Et trois mois que le weekend, les enfants sont malades. Remarque, peut-être qu’un petit coup d’eau chlorée désinfecterait tout ça… Alors pour ces vacances, moi j’ai eu une brillante idée : et si on allait dans un de ces paradis enfantins plein de toboggans en tubes et de piscine à boules! Bon, je ne sais quel instinct suicidaire m’a fait proposer ça à Papa Breizh l’autre jour, croisons les doigts pour qu’il ait oublié, sinon , ça me fera surement quelque chose à vous raconter.

 

  • En profiter

Rester en pyjama toute la journée parce qu’on a pas prévu de sortir. Enfiler un manteau par dessus pour passer au petit supermarché du coin assouvir une envie impérieuse de chips, un caprice qu’ils diraient. Faire des apéritifs bricolés devant la télé. Ficher du jus d’orange sur le tapis et s’en taper puisque ça nous fait une bonne excuse pour refaire la déco. Dormir plus longtemps le matin et petit déjeuner tous ensemble. Faire des siestes, tous en même temps. Renifler des cous. Prendre des bains de mille ans avec beaucoup de mousse.  Se rouler par terre en se disant qu’il faudrait peut-être passer l’aspirateur, et faire la sieste à la place. Prendre son temps. Zapper complétement la paperasse qu’on avait à rendre hier et son mot de passe pour sa messagerie professionnelle. Et surtout rigoler.

Et toi qui viens de terminer, qui es en plein de dedans ou entames juste tes congés, c’est quoi ta tactique de survie aux vacances?

Publicités

18 réflexions sur “Survivre aux vacances

  1. Un peu tout ça en même temps… 3 jours chez papy, 2 jours au centre, 1 jour à 4 avec papa, 1 après-midi anniversaire d’une copine, puis le reste on glande, on profite, on joue… On se repose !

    Bon courage pour les 3 mois qui se profilent !
    Bises
    Virginie

    J'aime

  2. Chouette programme pour tes vacances avec plein de dépaysement à la clé 😉
    Ici les vacances commencent vendredi soir!! Youpi!! Monsieur Bob lui, reste au boulot… Donc on va profiter entre fille. Et je pense qu’on va surtout aller rendre visite à ma famille car ça gonfle toujours mon homme de se taper les visites chez ma grand-mère notamment. Je ne comprends vraiment pas pourquoi d’ailleurs ^^

    J'aime

    • Entre filles c’est bien aussi. Et en famille c’est chouette. Enfin ça dépend de la famille XD Moi j’aime bien (enfin ça dépend quel côté de la famille), je me détends, tout le monde jette un oeil sur les enfants, les enfants adorent voir du monde …

      J'aime

  3. Comme quoi, avec de l’imagination, on fait le tour du monde !
    Les vieux jouets, ça marche du tonnerre et effectivement, avec une petite injonction, n’y touche pas et bingo !!
    En principe on laisse notre fille à mes parents ce weekend pour se faire un weekend en amoureux (faut qu’on en profite parce que je ne sais pas dans combien de temps sera le prochain !!) Et Sinon, je vais en vacance chez mes parents, comme ça j’ai rien à faire (ou presque!!)

    J'aime

    • Ah le weekend en amoureux, j’en rêve! Mais je n’ai personne à qui laisser mes enfants TT Et en même temps, pas sure que je le ferai XD L’autre jour par exemple je disais à une tante que j’aimerai bien enmener mon ainé à un parc d’attraction près de chez nous, mais avec le petit ça semble compliqué. Elle m’a proposé de le prendre au printemps où elle est en vacances. Et moi je me dis, mais comment je pourrais le laisser Xd Oui, ça s’appelle l’ambivalence! XD
      T’as bien raison d’en profiter et de te faire chouchouter tant qu’il est encore temps 😉

      Aimé par 1 personne

      • Bon, ma fille a 3 ans passée et ne s’ennuie pas chez mes parents. Ce week-end nous était vraiment nécessaire avant l’arrivée du 2ème parce que maintenant, il va s’écouler un très long moment avant que l’on puisse réitérer 🙂

        J'aime

  4. J’aime beaucoup tes idées de voyage. Trop chouette tes vacances 😊.
    Chez nous moins d’exotisme car pas vraiment de vacances. Comme Miss E est à la crèche, elle va continuer son rythme. Chez nous les vacances de mon mari sont réservés pour la naissance du bébé.

    J'aime

  5. Nous avons un programme chargé: inscription aux activités de loisirs (visite de la caserne des pompiers, ferme pédagogique, ludothèque, éveil musicale, la totale) 2 jours en centres de loisirs ( je bosses un peu quand même), et du glandage, un peu de glandage (et du vélo en pyjama) 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s