Comment faire manger des légumes aux enfants (du moins aux miens)

J’ai lu quelque part (article hautement documenté avec des sources fiables) que l’audace culinaire de nos bambins dépendait davantage de la génétique que de l’éducation. De ce côté là, mes marmots doivent être plutôt bien lotis puisqu’il n’a jamais été bien compliqué de les nourrir. Enfin, nuançons, Petit Putois a longtemps préféré qu’on lui donne la becquée plutôt que de lever le coude. Ses phases d’opposition s’illustraient souvent par le refus de manger, mais brocoli et coquillette étaient logés à la même enseigne. Quant à Malo, il est souvent très impatient et hurle quand ça ne va pas assez vite, puis hurle et rejette le biberon qu’on lui tend. Néanmoins je ne peux pas dire qu’ils font parti des enfants que l’on nomme ‘difficile‘ en matière de goût culinaire et on a souvent vanté leur coup de fourchette. Bien sûr, ils ont leurs préférences et je n’irai pas fanfaronner que la courgette prime sur les bonbons (quoique la première fois où Bébé Putois a gouté du chocolat au lait il a failli vomir alors qu’il a eu sa période cornichons). Malo qui va sur ses deux ans, affirme ses goûts, sélectionne dans son assiette et est très viandard en ce moment. Putois qui frôle les quatre ans devient végétarien mais ses choix alimentaires se stabilisent, il n’aime pas les champignons, les œufs, le poireau et les oignons. Il n’a plus la témérité de sa jeunesse à tout goûter mais je le trouve plutôt ouvert à ce que je propose.

Voici comment je procède à la maison :

  • Je chasse cette image du gamin à qui tu demandes de dessiner un poisson, et que te fait un rectangle jaune. Pour moi, il est important de leur montrer à quoi ressemble une carotte, voire qu’il peut y avoir différentes couleurs de carotte. Bref, leur faire connaitre le produit brut. Avec les légumes, c’est pas trop compliqué. (Pour le poisson, on a un marché à côté où ils sont entier quant aux viandes, je n’ai pas encore eu trop de question impliquant que je leur raconte qu’on mangeait des animaux.) Ainsi je n’hésite pas à sortir les légumes du frigo quand Putois me pose une question ou que Malo me montre une image dans un livre. Je les emmène aussi au marché mais là ça tient plus de la corvée qu’autre chose, mais bon, faut bien faire les courses. Ils ont aussi pu voir un jardin à l’école, à la crèche et chez mamie et récolter notre panier de la semaine dans une cueillette ouverte. Mon rêve serait d’avoir un potager pour prendre le temps de voir nos plantations pousser et s’en occuper tous les jours. En attendant, on a ramassé des châtaignes en forêt ce weekend (la moitié était véreuse et j’ai fait dessécher l’autre moitié, mais la prochaine fois que j’ouvrirais un bocal de marrons ils se rappelleront peut-être de cette balade).

 

  • Je les laisse manipuler la nourriture, manger avec les doigts parfois. De temps en temps, je les fais participer à l’élaboration des repas pour créer de la convivialité,du partage mais aussi de la satisfaction d’avoir réaliser un plat que tout le monde goûte. Je crois que j’essaye de mettre du plaisir. Avec les légumes, ça ne change pas grand chose. Par contre c’est une réussite avec les gâteaux : Putois n’aime le fait maison que quand il participe.

 

  • Je ne planque pas le brocoli sous une tonne de purée enrobée de panure en forme de Reine des Neiges. J’assume le légume et puis d’ailleurs, mon ainé trouve le brocoli cool car il ressemble à de petits arbres. J’avoue, parfois je triche quand même.Par exemple quand j’ai énuméré ce qu’il y avait dans le potage du soir, j’ai omis le poireau. Il m’est aussi arrivé de mixer les oignons avec la sauce tomate. Mais parfois, je préfère les couper gros, il n’a qu’à trier. A la maison, soupe et purée sont des recettes incontournables et on peut y mettre ce qu’on veut. Souvent le plus simple passe mieux. Ainsi la dernière fois, très pressée, j’ai juste mis chou fleur, carottes et haricots verts dans la cocotte quelques minutes et ils ont dévoré les légumes vapeur avec un appétit qui m’a surpris moi même.

 

  • Je privilégie le frais, local et de saison. C’est meilleur quand ça a du goût. Même moi je n’aime pas les légumes à la cantine.

 

  • Je demande à mes enfants de goûter, ne serait ce qu’un quart de tiers. Après, si ça semble vraiment trop dégoûtant, je ne les force pas. Néanmoins je pense qu’il est plus facile de manger une tranche de concombre qu’un bout de munster. Mais ça c’est peut-être de la projection. Je mets un peu de tout dans l’assiette de Malo dont les goûts de dessinent encore. Après s’il trie, il trie. Quant à Putois, je respecte davantage ses dégouts et quand je fais de la quiche aux poireaux, je lui fais une quiche lorraine à part (oui, je sais, il y a des œufs dedans, mais lui ne le sait pas). Je me souviens qu’enfant je n’aimais pas les oignons et qu’un jour j’ai gouté, trouvant le gout sucré agréable, j’ai décrété que désormais j’aimais. Mais je me rappelle aussi du jour où ma tante a voulu me faire gouter du foie… Il y a pas mal d’aliments que je n’aime pas et ça m’embêterait qu’on me force. Je tente aussi de respecter cette liberté chez mes fils.

 

  • Je leur montre l’exemple. Je crois qu’il est là mon plus grand truc. Je mange des légumes devant eux et j’aime ça. Je n’en cuisine pas uniquement parce qu’il faut. Quand par flemme on enchaine plusieurs repas féculent viande, je me sens insatisfaite.Parce que c’est un plaisir d’enfance de manger les rondelles de carottes du bourguignon, parce que le printemps est là quand je déguste une asperge et parce que le vrai goût de la tomate en été, ça n’a rien à voir.

Et chez toi, les enfants aiment les légumes ou tu dois ruser pour leur faire avaler ?

16 réflexions sur “Comment faire manger des légumes aux enfants (du moins aux miens)

    • Pareil , fromage et vin, quoi le vin c’est des fruits XD
      Mince, je pensais que c’était un peu héréditaire, mais pas trop (vu que le père de mes enfants est un grand fan de nourriture industrielle malgré son éducation)

      J'aime

  1. Bravo ! C’est exactement comme çà qu’on arrive enfin à les faire aimer les légumes ! Moi aussi je les emmène faire les courses et leur demande de participer à la cuisine. Ils adorent ! Pour les légumes, j’ai réussi à les faire goûter les légumes avant de décréter s’ils aiment ou non. J’aime quand ils me disent « tu as raison, c’est bon! ».

    J'aime

  2. Ah ah, même méthode ici et même politique 😉.
    Étant en plus phobique alimentaire, je ne me vois pas les forcer à finir leurs assiettes … donc on en prends une cuillère dans l’assiette, on goûte si possible c’est mieux et on attend que tous le monde ai fini son assiette pour avoir du dessert. Côté légumes, c’est variable : LutinCoquin est encore dans la phase où il mange de tout, SAUF quand il imite sa bourrique de frère qui a décidé que aujourd’hui c’est neophobie alimentaire et/ou phase d’opposition (fichu fucking four). On va au marché ensemble (et je confirme, c’est pas triste 😥), on cuisine un peu ensemble 😉

    J'aime

      • Je ne peux pas consommer les aliments ayant une consistance « mouelue » (mousseuse, moelleuse, spongieuse, gélatineuse, etc.), y compris des trucs dont le goût pourrait me plaire, genre mousse au chocolat 😵.
        On peut avoir une phobie alimentaire vis à vis d’une consistance, d’une couleur, …

        J'aime

  3. Wow la chance !!! Ici ils raffolent des haricots verts et des épinards mais pour le reste… alors le soir je fais simple : c’est pâte (ou autre féculent) (alors pour nous c’est soupe). Et on garde les légumes pour le we où on davantage de temps. Et je procède de la même façon que toi : ils doivent goûter mais jamais finir s’ils n’en ont pas envie.

    J'aime

    • Remarque haricots verts et épinard c’est pas les plus sympa. Même pas les carottes? Ou tous les légumes oranges, ouais les oranges sont sympa car il sont plus sucrés.
      Cela dit je me souviens d’un conseil que tu m’avais donné quand mon compagnon est parti travaillé loin en me disant de faire des trucs simples à manger comme des pâtes farcies toutes prêtes..et mes enfants n’ont pas aimé XD Comme quoi, les goûts et les couleurs.

      J'aime

  4. Merci pour ce billet, j’ai les mêmes recettes et comme toi des enfants qui, s’ils ne sont pas toujours 100% ok pour mes légumes, aiment de plus en plus de choses.
    le truc qui m’a marqué dans tes propos est : « Je ne planque pas le brocoli sous une tonne de purée enrobée de panure en forme de Reine des Neiges »
    Comme toi je pense qu’il est important d’assumer le légume : le légume n’est pas une tare nanméo !

    J'aime

    • Oui ce que j’aime bien c’est la diversité des goûts et l’ouverture d’esprit, après ils ont le droit d’avoir des préférences et des dégoûts.Et ils ont même le droit d’aimer des choses que je n’aime pas XD ouais, je suis trop cool comme mère!

      Aimé par 1 personne

  5. Pingback: Bio, Fait Maison, Zéro Déchet…. et ma charge mentale dans tout ça? | Câlin & Risette

  6. Bonjour, il y a différentes façons de faire aimer les légumes, en présentant une assiette variée et colorées, une bonne vinaigrette ou une sauce maison par exemples une sauce tomate ou poivrons, on peut aussi faire des jus de légumes sucrés betteraves, carottes et oranges, courgettes et lait, on fait cuire un peu les légumes avant …., on y ajoute du miel ou de sucre brun de préférence et un peu de citron qui rehausse le goût. La cuisson au four est aussi goûteuse et garde tout les nutriments, on peut y ajouter toutes sortes d’épices et herbes aromatiques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s