Tu fais quoi pour Nouvel An?

On en a bouffé de Noël cette année. On s’est plaint dès Halloween des catalogues de jouets qui ont fait passer nos mômes en mode pile électrique. On a joué les Grinch en commentant les illuminations de sortie dès la Toussaint. Noël est de plus en plus tôt, c’est vraiment une fête commerciale. Bien sûr, finalement, comme chaque année, on était à la bourre sur les cadeaux.
C’est peut-être biaisé par mon statut de maman blogueuse, mais sur les réseaux, j’avais l’impression qu’on ne parlait que de ça. Hellocoton regorgeait d’idées pour construire un calendrier DIY, élaborer un repas de réveillon végan gluten free, offrir des cadeaux zéro déchet ou assortir son pull de Noël à n’importe quelle tenue.

On a tous pris la route pour aller voir notre famille qu’on a trouvée beaucoup trop grande, beaucoup trop dispersée. Ou alors on les as reçu chez nous et c’était peut-être encore pire. Les gosses ont braillé et couru partout. L’alcool a empêché toute tentative éducative, on a juste eu le réflexe d’ouvrir le bouton de notre pantalon. L’année prochaine, c’est Noël en jogging!

Les enfants ont été pourri gâtés, nous aussi. Une vielle tante a vaguement raconté qu’à son époque, on se contentait d’une mandarine, tout en fourrant une papillote dans le gosier du plus petit. Ce sont toujours ceux qui blâme le plus le consumérisme des plus jeunes qui leur achètent le plus de choses inutiles. A méditer. Face à la déferlante de cadeaux, les parents ont pleuré comprenant qu’ils perdaient définitivement tout espoir de salon minimaliste (voire juste ordonné).

On a un peu déserté les réseaux, fait quelques coucous sur Instagram entre le vacherin et la buche. Il y avait des Noël à rallonge (le mien s’est terminé hier). On a deviné des sapins derrière les paquets.

Au milieu de tout ça, on a presque oublié la Saint Sylvestre. Y a vaguement le journal télévisé hier qui a à demandé aux badauds comment ils s’habilleraient ce soir. Rien à voir avec la visites des marchés de Noël de France et de Navarre qu’on s’est tapé tout décembre. Y a surement eu quelques fashionista qui recommandaient la parfaite combi en lurex argenté mais j’ai pas dû cliquer. C’est peut-être parce qu’on en parle moins ou peut-être parce que je m’y intéresse moins. J’ai finalement l’impression qu’il y a une courbe inversement proportionnelle concernant l’importance qu’on porte à l’un ou l’autre des réveillons. Quant t’es petit Noël est une foire orgiaque. Puis arrive l’adolescence où les enveloppes avec un petit billet ne compensent plus ce que tu ressens à l’idée de passer trois heures avec des vieux qui boivent et parlent politique. C’est l’âge des première fêtes qui ne cesseront d’être de plus en plus déjantées en entrant dans la milieu étudiant. La question n’est plus de savoir si tu vas chez tante Gudrule ou mamie Josette pour la fin d’année. La pression sociale est désormais d’être de sortie le 31. On prépare la soirée des semaines à l’avance. L’âge avançant le rapport budget alcool/bouffe s’inverse. Et puis on travaille, on doit poser des congés, on est plus fatigués et ça devient moins important. Si en plus on a des enfants, toute ambition de vie sociale nocturne est annihilée (ce n’est pourtant pas pour ça qu’on a des nuits calmes, mais ça c’est une autre histoire).

Ici pour Nouvel An, on est sorti une fois depuis Petit Putois. Aujourd’hui, avec deux enfants en bas âge, dans une ville où on a débarqué il y a quatre mois, les opportunités festives sont réduites. Papa Breizh a bien proposé d’inviter ses collègues. Non chéri, je ne suis pas certaine que deux femmes célibataires aient envie de passer cette soirée avec une famille avec des gosses, elles ont sans doute mieux à faire. (J’avoue que j’ai d’abord pensé qu’on ne pourrait pas glandouiller comme on veut et qu’il faudrait préparer des petits fours). Il a donc proposé une raclette pour nous quatre car c’est convivial. Sauf que la convivialité d’un appareil chauffant au milieu de la table avec deux enfants en bas âge est discutable. En plus il n’aime pas le fromage. Il a rejeté d’emblée la fondue bourguignonne et nous avons débattu sur la chinoise. Il n’empêche qu’on n’a pas d’appareil à fondue. On a donc opté pour une pierrade, oui je sais, le truc gigantesque et brûlant au milieu de la table, mais que veux-tu, je n’avais pas envie de réfléchir. Peut-être qu’on regardera un DVD ou qu’on mettra un peu de musique pour danser. Mais pas sûr qu’on reste éveillés jusqu’à minuit.

Et toi, tu fais quoi pour Nouvel An?

Publicités

14 réflexions sur “Tu fais quoi pour Nouvel An?

  1. Vous auriez dû venir chez nous nos apéritifs ressemblent un peu aux vôtres on dirait – et nous aurons aussi un appareil brûlant au milieu de la table. Mais en vrai je ne regrette pas trop les réveillons de ma « jeunesse », au fond les enfants me font une bonne excuse pour rester chez moi 🙂 .

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ton point de vue qui pour le coup me semble très vrai. A chaque période de notre vie l’une ou l’autre des fêtes revêt plus d’importance. Pour notre part, ce soir avec une grande de 3 ans et une petite de 11 mois, nous serons aussi tous les 4 au calme à la maison.
    Nous sommes sur la route du retour après 10 jours à bouger entre les 2 familles, nous ne somme pas mécontent de se poser. Ce sera donc apéritif dinatoire avec la grande.

    J'aime

    • Je compatis, on est rentré avant hier et la pile de linge sale me déprime d’avance (parce que ça met trois jours à sécher en plus)
      Chez nous on fait souvent apéro devant la télé, du coup je suis surprise que mon chéri n’ait pas proposé ça. Quoique l’apéro avec des enfants c’est aussi audacieux (enfin les miens vident la moitié des chips par terre et tripotent tout ce qui est à portée de main) XD
      Bon réveillon!

      J'aime

  3. Ah, je réfute, j’ai commencé à m’intéresser au 31 dès mi-novembre … essayé de voir s’il avait moyen de faire quelques choses malgré les mômes (bizarrement, le nombre d’invitation est inversement proportionnelle à ton nombre d’enfants 🤔), essayé d’inviter du monde … et finalement, ça va finir en soirée apéro-dinatoire (mais je me suis quand même lâché en cuisine) avec un copain et ses deux de ses enfants (ça y est, sa grande est assez grande pour être invitée ELLE 😅) …
    On a bien eu une super invit’ mais de copain beaucoup de trop loin pour que ce soit jouable 😓

    J'aime

  4. Je suis fan de ton article. J’ai toujours vécu le réveillon du nouvel an comme une injonction sociale : si tu ne réveillonnes pas, tu es un looser. Autant je trouve du sens à Noël, autant le nouvel an… En plus c’est toujours la période où les plans avec les potes sont les plus foireux.

    J'aime

    • Oui c’est vrai que quand je réfléchis à ce que j’ai fait dans ma jeunesse, j’ai eu quelques plans foireux. J’ai souvent été malade aussi (une grosse crève, pas d’avoir trop bu même si ça m’est aussi arrivé) avec juste l’envie de me pieuter à 20:30 en résistant peniblement jusqu’à 00.01!

      Aimé par 1 personne

  5. Quasiment le même programme que vous, mais on est resté sur l’option raclette! Complètement d’accord avec petitsruisseauxgrandesrivières, j’ai toujours vécu ce réveillon comme une injonction de « coolitude »… Les 2 dernières années on avait rusé, on part 3-4 jours dans une ville pour l’occasion et on se fait livrer le repas. Cette année on a un peu décalé (car le 1er janvier tout est fermé et les rues sont vides!) et donc on part le 1er janvier. j’anticipe déjà mes plates excuses à nos voisins de TGV qui auront bien arrosés le réveillon quand minisupporter se mettra à crier au milieu du wagon parce que j’ai demandé du rouge au UNO et que lui n’a plus que du bleu … ^^

    J'aime

  6. De notre côté, un réveillon tout simple à 4 personnes, une soirée crêpes sucrées-salées et bûche en dessert, ensuite à minuit on se fixe sur le balcon avec vue jusqu’à la forêt Noire pour contempler les multitudes feux d’artifices , à rouspiller ensuite en recevant des tas de Sms totalement depersonnalises.

    J'aime

    • Moi j’ai jamais eu de bol pour mes balcons, ils sont toujours été de l’autre côté des feux d’artifices.
      Mais je te rejoins totalement pour les sms. Un jour on a reproché ça a un pote qui envoyait le même sms à tout le monde, il a grogné que c’était déjà sympa de nous envoyer un message. Cela dit, les sms ont beaux être illimités, j’en reçois moins aujourd’hui que plus jeune…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s