Laissez-moi rester confinée

Attendez! Je ne suis pas prête pour sortir. Je n’ai même pas fait mon pain moi-même.

Je crois bien que j’ai foiré mon confinement. Je n’ai coché que les mauvaises cases : les kilos en plus, la coupe de cheveux dégueulasse et l’alcoolisme débutant. Pour ce dernier, j’assume : entre l’ingestion d’alcool et l’injection de javel, j’ai choisi mon désinfectant. Laissez-moi recommencer. Je vous jure, je m’appliquerai. Je ferai du yoga et peut-être même mon levain. Si cette fois je pouvais avoir l’option maison de campagne avec jardin. Je suis disposée à échanger contre l’option marmots en bas âge.

Ne me laissez pas la responsabilité de choisir si je dois renvoyer mon enfant à l’école. Même si au fond, je n’ai pas non plus envie que le gouvernement décide pour moi. Au final, c’est mon patron qui aura le dernier mot.
J’ai peur d’avoir merdé sur la continuité pédagogique. Je n’ai pas appris à lire à mon ainé. Je ne suis pas certaine que connaitre le nom de tous les Pokémon figure au programme.
Je n’ai pas tout suivi sur le risque de contagion pour les enfants. Au départ ils étaient considérés comme des petits salopiauds de porteurs sains qui disséminaient le virus avec leur petits doigts potelés et leur nez morveux. Mais maintenant, il paraitrait qu’ils ne seraient pas si atteints que ça. On dit aussi que ça ne les rend presque jamais malades. Presque. Pas sure d’avoir envie de jouer aux statistiques avec ce que j’ai de plus précieux au monde.
Puisque la mode est aux métaphore de guerre, comment on dit déjà ? Ah oui, de la chair à canon.
Quant aux gestes barrières ? Les barrières, ça protègent ou ça isole. Je ne crois pas que j’ai envie que mon fils de cinq ans se retrouve seul à un pupitre, sans avoir le droit de toucher quoique ce soit ou d’approcher ses camarades. J’ai de la peine rien qu’à l’imaginer jouer tout seul en récréation. Au lieu de tracer des marelles où s’envoler, avec les craies, ils traceront des cercles où s’enfermer.

Et puis j’ai bien réfléchi, je n’ai pas envie de retourner au travail. Je crois que je n’aime pas mon boulot. Pas sure non plus que j’aime travailler. En tout cas avec le confinement, j’ai bien compris que ce que je faisais n’était pas si utile. Mes supérieurs ont eu une gestion de crise à chier. Ils nous ont mis en arrêt tout en nous incitant à maintenir le lien. Dès l’annonce de la levée des restrictions, ils nous ont demandé de leur dire exactement comment on allait travailler, avec quels moyens de sécurité pour l’accueil du public. Je ne sais même pas quelles sont les conditions de réouverture de l’école ni celles de circulation SNCF. On a voulu savoir s’ils fourniraient des masques et de la solution hydroalcoolique, ils ont répondu qu’ils avaient sollicité l’ARS mais qu’on ferait mieux de se démerder. Par contre, ils nous ont souvent parlé des comptes à rendre aux financeurs.

Je ne suis pas certaine d’avoir tout compris à cette histoire de masque.
J’ai lu des dizaine d’articles sur comment en fabriquer. Les articles et leur polémiques. J’ai cousu des masques avec filtre et puis sans. Mais je n’ai jamais mis de polaire. J’ai fabriqué des masques d’après le modèle diffusé par le CHU de Grenoble puis celui de l’AFNOR.  J’ai vu qu’on pouvait utiliser du linge de lit mais pas des draps trop anciens. En effet trop de lavages pouvaient distendre les fibres du tissus et altérer l’efficacité filtrante. J’ai lu qu’il ne fallait plus utiliser les masques au-delà de cinq lavages. En effet, trop de lavages pourraient resserer les fibres du tissu et nuire à la respiration.
En revanche, j’ai bien capté que l’efficacité du masque était proportionnelle à l’état des stocks.
Je n’ai pas compris pourquoi il fallait laver nos masques à 60°, nos mains 30 secondes avec du savon et les fruits et légumes à l’eau claire.
J’ai saisi que c’était quand même mieux que rien. Voire presque obligatoire (selon les réserves). Sauf pour les enfants car ils ne savaient pas les utiliser. Puisqu’on n’a pas d’armure pour nos soldats, envoyons les tout nu au combat. (NB : le mésusage du masque semble également répandu chez l’adulte).

Et puis encore…
Je n’ai même pas terminé la saison 1 de Casa del Papel.
Je n’ai pas eu le temps de pondre un chef d’œuvre.
J’ai pas fini mon tricot en cours.
Il fait moche.
J’ai encore de la peinture, des gommettes et des rouleaux de PQ vides.
Je possède enfin simultanément de la farine, des œufs et de la levure. En plus, il me reste des nouilles et du papier toilettes.
Je n’ai toujours pas trouvé la parfaite recette de cookies. Faut dire que j’ai refait trois fois la même avec une cuisson différente. Mes préférés sont à la cacahuète. Mais Papa Breizh ne m’en ramène jamais des courses. Je ne sais pas si sortir acheter uniquement des cacahuète mérite une amende.
Je crois que je suis désormais incapable de me lever avant huit heures.
Je ne suis pas sûre d’arriver à respirer si je dois porter un masque et un soutien gorge toute la journée.
Il me reste encore des attestions vierges, que j’avais imprimées en avance.
Je ne sais toujours pas si je suis trop parano ou si on va tous mourir. J’entends ceux qui s’en fichent, ceux qui flippent et ceux qui subissent. Je trouve l’éviction du mot ‘zombie‘ dans le discours politique, hautement suspecte.

En fait, je crois bien que j’ai un petit peu peur.

4 réflexions sur “Laissez-moi rester confinée

    • Je me demande si tu ne me l’avais pas déjà dit sur instagram en plus. Et du coup je ne me rappelle même plus si j’avais essayé. C’est peut être là le coeur du problème, si je ne retiens même pas ce que je teste, ça va être long….

      J'aime

  1. MERCI pour ton article !
    Tu m’épates toujours de parvenir à mettre des mots si justes sur ce que je ressens confusément, et avec humour en plus !
    Pareil ici, je n’ai pas eu le temps de lire comme je le souhaitais ni de faire toutes les activités que j’avais prévues avec les enfants. Mon aînée (même âge que le tien) ne sait toujours pas lire, additionner, soustraire ni prononcer les « tr » correctement. Par contre elle a appris à se servir d’un ordinateur et connaît plein de Disney par coeur… Et ma deuxième (2 ans) porte toujours des couches. Par contre elle sait très bien dire « non » et « coronavirus ».
    Je crois bien que j’ai foiré mon confinement moi aussi…
    Ne reste plus qu’à réussir le déconfinement ?
    Bon courage pour la reprise du rythme d’antan !
    Je suis si contente que tu reprennes ton blog ! 🙂

    J'aime

    • Merci pour cette adorable commentaire 🙂
      Bon comme tu peux le voir au délai de réponse, je ne suis pas tout à fait sûre de reprendre le blog. Avec le déconfinement, le rythme infernal a repris TT
      En tout cas, 15j après, je ne sais pas si j’ai mieux réussi mon déconfinement XD J’espère que toi oui 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s