16

L’école à deux ans … (ou alors la halte garderie… ou bien la nounou)

Je me rappelle la première fois où j’ai entendu parler de l’école dès deux ans. Nous étions dans le train avec une collègue et évoquions la rentrée scolaire. Sa fille avait un an de plus que Petit Putois qui était alors encore bien jeune. Nos deux enfants étant du mois de novembre, je me posais naïvement la question de l’année de la rentrée. Fallait-il avoir trois ans révolus? Que nenni! L’année de la petite section correspond à l’année où le bambin fête son troisième anniversaire, nous informa la dame d’à côté, inspectrice académique. Mais c’est si tôt , m’insurgeais-je en pensant à mon tout petit bébé qui ferait peut-être mieux de rester avec sa môman toute sa vie. Et il y a même des écoles qui accueillent les enfants dès deux ans, continua la bougresse qui avait définitivement décidé de se mêler de la conversation. Mais quel genre de parents égoïstes et sans cœur pouvaient confier leur si fragile et innocente progéniture au rouleau compresseur de l’éducation nationale si tôt? Faut-il être dans le culte de la performance intellectuelle et de la réussite à tout prix pour nier à ce point les besoins fondamentaux d’un si petit être? N’aura-t-il pas assez des quinze ou vingt années suivantes pour se faire de la cornes aux fesses et aux oreilles à écouter de vieux rabâcheurs? ….Bref, l’école à deux ans, très peu pour moi. Lire la suite

Publicités
13

Et tout à coup deux ans

Ce n’est pas vraiment qu’on n’avait pas anticipé. A Noël, quand son tonton a essayé de lui refiler un petit chien en peluche glané sur un souk marocain, on s’était dit qu’on lui offrirait un cabot jappant pour son anniversaire le mois suivant. Mais aux normes CE. Quand il y a eu les soldes, j’ai pensé à passer au Monop’ qui brade toujours les jouets pour dénicher le petit teckel qui remue du popotin. Mais voilà, c’est ensuite que j’ai merdé. Entre ma reprise professionnelle, la recherche de nounou dans des huitres et l’appel aux élus pour dénicher une place au périscolaire, j’avais un peu zappé l’anniversaire de Malo. Ce n’était pourtant pas faute que mon inconscient m’envoie des réminiscences de mon accouchement et que je me retrouve à y penser en boucle. Voilà donc que je refermais mon agenda et me rendais compte que sa première grosse journée d’adaptation chez la nounou correspondait au jour très spécial de ses deux ans. Culpabilité! Que j’ai un peu fait taire en me promettant de passer ce béni temps libre à faire des gâteaux et à organiser une soirée sympa. Résultat, on a mangé des chips et de la pizza surgelée, quelques muffin que j’avais fait rapidement, et tout le monde a été au lit tôt. Je commençais un nouveau job le lendemain. Bref, ni instagrammable, ni mémorable. Mais à cet âge on s’en fiche un peu. Lire la suite

24

Le temps suspendu de l’adaptation

Lorsque l’enfant entre à la crèche ou découvre une nouvelle nounou, on y va pas à pas. C’est là période d’adaptation. Selon les enfants, selon les gardants, elle varie. Souvent cela se passe en une semaine, une demi heure avec maman le premier jour, une heure seul le deuxième… Parfois on m’a proposé deux semaines, parfois deux jours pour ne pas empiéter sur l’allocation chômage. Ce temps permet à l’enfant de découvrir son nouvel environnement en douceur, d’appréhender les nouvelles personnes qui vont s’occuper de lui et d’apprendre à se détacher un peu de ses parents. Mais elle permet aussi aux parents d’apprivoiser la séparation, de se retrouver autrement que dans son rôle maternelle et de pouvoir enfin faire pipi seul. C’est un court moment avant la reprise du travail où le temps se suspend. On se retrouve seule dans sa cuisine, avec une liste de choses à faire longue comme trois vies et le cœur un peu en miette. J’en suis à ma quatrième adaptation. Lire la suite

25

Et si je t’écrivais un livre?

Pour qu’un enfant grandisse bien, il faut le nourrir, le faire dormir et lui raconter des histoires. Je me souviens avec nostalgie de ma mère qui me lisait les Malheurs de Sophie ou me narrait des contes chaque soir (l’autre jour, elle me disait qu’un de mes préférés était L’Histoire d’une Mère, d’Andersen…). Je me rappelle de mon oncle avec qui je partageais les albums jeunesses qu’on ramenait de la bibliothèque avec ma mamie. Je pense à mon petit tampon Schtroumpf que j’apposais à la fin de chacun de mes livres. Je le retrouve avec plaisir en feuilletant ces moments d’enfance quand je retourne chez ma mère et que je les fais découvrir à mes propres enfants. Lire la suite

32

Disneyland est-il vraiment magique pour un enfant?

C’est peut-être parce qu’il avait adoré EuropaPark cet été ou bien car il adulait Mickey depuis des mois, que nous avions décidé d’emmener Petit Putois à DisneyLand pour fêter ses quatre ans. Et puis on a regardé le prix des séjours et j’ai changé d’avis. Je m’attendais à du cher, mais là, c’était très cher. Et puis Papa Breizh a parlé des souvenirs uniques, de la magie, …et après tout, c’est lui qui avait les sous.

Lire la suite

6

Journée mondiale de la prématurité : Être maman d’un prématuré

L’année dernière, le 17 novembre, pour la journée mondiale de la prématurité, j’avais vu plein de posts sur instagram. Et chaque image, et chaque texte, me renvoyaient à notre histoire, le cœur serré, la gorge nouée. Aujourd’hui, un an plus tard, presque deux ans après cette naissance si particulière, le joli post instagram de Vio la Vilaine m’a donné envie de me souvenir et de republier un vieil article sur ce bout là de notre vie. Il y a quelques jours, j’écrivais sur mon ancien préma, aujourd’hui c’est un bulldozer! Lire la suite

18

Mon bulldozer

Vingt et un mois. Les cheveux fins, blonds pâles et bouclés, angéliques. Le tempérament d’un démon. Hier soir encore son père me disait de lui : « Regarde comme il a les mâchoires serrées, il veut nous tuer! ». Oui, on a le sens de la mesure dans la famille. En vérité,il n’est pas rare qu’on se prenne une beigne, mais les gnons par contrariété sont aussi fréquents que ceux par affection. Oui, il a l’amour vache. Un coup de boule pour un je t’aime.

Lire la suite