25

Et puis retourner travailler : mes premiers jours loin d’eux

Alors que je visitais un des lieux où j’allais exercer, je m’extasiais face à la salle d’attente où foisonnaient jouets en plastique et livres d’images. Je ne travaille pas avec des enfants mais à certains endroits où je me rends, on y reçoit des têtes blondes. Je remarquais : « oh, il y a même un pot dans les toilettes! ». « Il y a une envie d’enfant qui vous toque là » hasardait la secrétaire face à mes nombreuses réflexions. « Oh non, j’ai ce qu’il faut à la maison! » m’empressais-je de répondre. C’est vrai qu’elle ne peut pas savoir, elle me connait depuis vingt minutes et faut bien dire que j’ai l’air d’avoir dix huit ans et une ligne de top modèle (et parfois je mens un peu). Après mon passage aux WC, lieu où me viennent souvent de brillantes illuminations, la raison pour laquelle je m’émouvais devant des joujoux vieillots et poisseux devenait claire : c’est la culpabilité de la mère qui reprend le travail. Lire la suite

Publicités
24

Nounou est partie

J’ai beau détesté Nounou, je dois bien avouer que c’est une perle. Et puis un jour, à la fin de l’été ou au début de l’automne, elle a dit à Papa Breizh qu’elle s’en allait. Son appartement était vendu et elle cherchait une maison. Forcément ça serait plus loin, rapport aux prix de l’immobilier, tout ça, tout ça. Moi ça m’a fait tout drôle, mais pas dans le bon sens du drôle. Papa Breizh aussi. Le Putois, lui ne savait pas. Lire la suite