5

La chasse aux marrons

Dimanche, fin de matinée, Papa Breizh a décrété « allez, on sort« . Moi j’étais tranquille, j’étais peinarde, accoudée au comptoir affalée sur le canapé à digérer mon petit déjeuner. Je regardais un truc que j’avais vu mille fois à la télévision tout en flânant sur ma tablette. Je faisais probablement quelque chose de très important comme de battre un record planétaire à Farm Heroes Saga (beaucoup moins dangereux pour moi que Candy Crush qui me donne envie de manger des bonbons) ou faire une recherche primordiale sur Google (Y a-t-il des coquillages d’eau douce? Vaut-il mieux acheter un lave linge séchant, un four/four micro-onde ou un fer à repasser/grill à panini?). Petit putois, je ne sais pas trop ce qu’il faisait, peut-être qu’il était à côté de moi à mettre des bouchons de compotes dans un escargot transparent ou bien qu’il faisait visiter l’appartement à ses peluches préférées. Papa Breizh sortait de la douche et surtout revenait de son jogging dominical. Il était encore plein d’énergie et argumenta avec pertinence son envie de promenade : « Je sais bien que c’est embêtant de se bouger,  moi non plus je n’ai pas envie de ressortir (déculpabilisation de l’autre par identification). Mais ça ferait du bien au petit (titillement de la fibre maternelle), à toi aussi (oui, je n’oublie pas que tu es une femme et pas juste une mère) et même à l’autre petit (argument suprême de la référence au bébé à venir puisqu’habituellement Papa Breizh évite soigneusement toute allusion au fait que je sois enceinte). » Bon ben on s’est préparé et on est parti. Lire la suite