21

Mon bébé, ce tube digestif hurlant

Il faut que je l’écrive noir sur blanc, comme les cernes sur le visage pâle des jeunes parents. Je me connais, si je ne le fais pas, je vais encore oublier. Ça m’a fait le coup pour la grossesse. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir dit et redit que je n’aimais pas être en cloque, et pourtant, dès le marmot pondu je choppe la nostalgie du bidon rond. Là il faut que je révèle toute la vérité pour frapper fort sinon dans quelques mois, je vais me retrouver à errer dans les rayons layette en songeant au troisième. Je dois profiter de mon état d’épuisement avancé. La fatigue rend clairvoyant, plus de filtre, de barrière sociale, juste l’animalité et le réalité. Sitôt la nuit complète arrive que l’oubli efface tout. La fatigue est à nos trente ans ce que l’alcool est à nos vingt ans. Lire la suite

Publicités
2

Des petons bien au chaud

Putois grandit mais pas tant que ça. Il arrive à cet âge où les chaussures de bébé en tissu sont trop petites, mais les chaussures de bambins qui marchent ne sont pas adaptées (sauf bien sûr quand elles ont un renard dessus). Du coup il nous fallait des chaussures souples et solides à la fois, chaudes et légères. Y a bien ces petits chaussons en cuir (ou simili) qu’on voit un peu partout mais ils sont chers pour quelques mois d’usage. Mais à bien les observer, ça n’a pas l’air si compliqué. Et puis d’ailleurs sur internet on doit bien trouvé des tutoriels ….

Des semaines plus tard (car une fois qu’on clique sur une image de pinterest, on clique sur une deuxième, puis une autre, et puis et puis …) je me lance dans mes premiers chaussons d’après ce tuto. Je veux du jean pour aller avec tout. Ça tombe bien, j’ai un vieux jean troué à recycler. Pour faire plus fun, je mets des étoiles. Je suis un peu déçue du résultat. J’ai beau m’être appliquée, le résultat n’est pas au top. C’est vrai que je suis loin d’être brillante niveau couture.

Calin&RisettePetonsAuChaud01

La première déception digérée, je me lance dans une deuxième paire. J’ai beaucoup de tissu et encore plus d’idées en stock. Cette fois je change de modèle et d’étoffe. Je veux un truc chaud, alors je prend de la polaire. Et puis tiens comme c’est pratique, je zappe la doublure du coup.

Calin&RisettePetonsAuChaud02

Maintenant il me faudrait juste une semaine de vacances pour pouvoir faire une paire assortie à chacune de ses tenues.

Et vous, ça vous inspire?

7

De ceux qu’on laisse de côté

Il y avait cette animalerie devant laquelle je passais souvent. Un jour, j’ai craqué et je suis ressortie avec une petite boule de poil et une énorme cage. Cette boule c’est Dent de Sabre, mon lapin. Ma lapine pour être plus exacte. Le sexe compte. Une lapine est un peu un mix entre une femme enceinte et une femme indisposée niveau caractère. Avec l’âge et son hystérectomie , ça s’est arrangé. Cela dit quand je vois à quel point on peut être chamboulé par ses hormones, je me demande parfois si je n’aimerais pas qu’on m’enlève le mien d’utérus (c’est pas un peu sexiste comme pensée ça?). Pour revenir à nos lapins, Dent de Sabre (ainsi nommée pour avoir une dent qui lui rentre dans le nez si on ne la coupe pas régulièrement) est mon premier bébé. Adoptée au sein d’un autre foyer, elle fait partie de ma famille recomposée. Papa Breizh est un fabuleux beau-père qui s’en occupe bien plus que moi à l’heure actuelle. Elle a connu (laissez moi compter sur mes doigts) cinq maisons différentes (je dis maison mais comprenez appartements). Elle est un peu sauvage. Les hormones et le fait qu’on nous ait dit de ne pas trop ‘l’embêter’ petite. A ne pas trop la déranger, elle a fait sa petite vie. Elle aime bien être tranquille et ne nous sollicite pas trop. Le lien est parfois difficile, un mois à l’apprivoiser pour qu’en trois jours d’oubli de caresse, elle ne vous calcule plus. Mais on l’aime quand même. On a même avortés nos vacances au futuroscope pour lui payer trois jours d’hospitalisation… Parents qui voulez acheter un lapinou à un enfant, oubliez l’idée, c’est plutôt craintif comme animal et ça revient hyper cher en véto !

Et puis y a eu le chat. Ventre Mou. Nommé ainsi parce que… oui ben vous aurez compris pourquoi. Avant d’être un gros bidon c’était une toute petite chose fragile. Parfois je regarde des photos quand elle était petite. Oui car chaton, mon chat était une femelle. Ce n’est qu’en grandissant que ma chatte a eu des testicules. Ce qui nous a valu de longues heures de réflexions quant au choix du nouveau prénom et beaucoup de doutes quant à l’hypothèse d’une schizophrénie latente due au fait d’avoir été élevé par rapport à une identité sexuelle différente. Je me souviens de la première nuit. Il était dans la salle de bain attenante à notre chambre, petite chose fragile dans son grand panier. Vers cinq heures du matin, il nous réveilla par ses petit cris plaintifs appelant sa mère ou ses frères. Tout apeuré, nous avons joué avec lui pour qu’il se rassure. A partir de là je me suis dit que je pourrais bien être mère (le projet nous trottait déjà dans la tête). Les nombreuses prises de becs plus tard (pour des pipis dans mon tiroir de vêtements, des cacas sur le tapis de bain, des griffures partout) m’ont fait douter de ma capacité à ne pas jeter un enfant par la fenêtre. Malgré tout le chat était le roi. Il avait droit aux câlins, aux jeux et à la place de choix sur le canapé. Dent de Sabre dans l’histoire étaient reléguée à la cuisine (une des pièces les plus grandes de notre précédent appartement cependant) et on se déculpabilisait en se disant qu’elle était bien contente qu’on la laisse un peu tranquille.

Et puis il y a eu Bébé Putois, le petit humain. Autant vous dire que ça n’a pas perturbé grandement Dent de Sabre. Ça a été plus dur pour Ventre Mou. Surtout que l’arrivée du criard fut assortie d’un déménagement dans un appartement infesté de puces et d’une visite de mes parents. Le chat a passé plusieurs nuits à dormir dans sa litière, tant il était perdu. Il ne calculait pas le petit au départ. La vétérinaire nous avait dit de faire comme si l’enfant avait toujours été là et de ne pas le présenter au chat, cela pouvant relever d’un choc trop important. Plus tard quand je câlinais le chat, il en profitait pour se frotter au petit. Le bébé a bien mis quatre mois à percevoir l’existence du matou. Aujourd’hui les rapports sont froids, le chat évite le petit qui essaye de l’agripper en tendant la main. Nous redoutions franchement la réaction du félin mais il a été plus que correct jusque là. Il a tenté une fois de le mordre, je ne sais même pas s’il l’aurait fait. Le chat dormait sur la couverture, le petit était en dessous et en remuant les pieds lui a donné un coup. (Non le chat ne dormait pas sur le bébé, le petit était dans mes bras en train de téter et le chat à côté).
Mais en récompense de sa bonne conduite qu’est-ce qu’il a ? Plus de câlins . Une caresse de temps en temps mais pas souvent parce qu’après il faut se laver les mains. Encore moins de jeux, nous sommes bien trop fatigués pour remuer un bout de ficelle. Et des reproches : parce qu’il a encore foutu de la litière partout, parce qu’il sème des poils partout et qu’il est tout le temps dans nos pattes. Alors il passe son temps à dormir et à cultiver son surnom.

Et je ne peux pas écrire cet article sans évoquer le troisième abandonné de la bande, Papa Breizh. Mais bon, est il vraiment nécessaire d’écrire encore un paragraphe sur la vie de couple chez les jeunes parents… il sera bref alors. Néant.
Et puis comme je suis là à me plaindre, je voudrais aussi vous dire que je ne fais pas que négliger les autres, je me néglige aussi. Mais je me soigne et mardi je vais chez le coiffeur !

J’aime mon fils de tout mon cœur et il compte plus que tout. Mais même si mon cœur est extensible, mon temps ne l’est pas et beaucoup d’être chers sont laissés de côtés.
Parfois je me dis que si un jour Bébé Putois a une petite sœur, j’aurais aussi moins de temps pour lui. Et ça me fait mal au cœur.

Calin&RisetteCeuxQuonLaisse

12

De l’ouverture d’un blog ou quand Doctissimo ne suffit plus

Je n’ai pas la confirmation officielle mais il m’arrive parfois de penser qu’internet a été inventé pour moi. Quand j’étais (plus) jeune, je discutais avec de beaux jeunes hommes (d’après ce que laissaient entendre leurs pseudo mais là encore, pas de confirmation officielle)sur Caramail. Plus tard, je partageais mon amour des loisirs créatifs sur Forumactif. Puis j’ai ouvert un blog (et un deuxième et un troisième) pour parler de moi et de mes passions (les poupées et le vernis à ongle). (Je vérifie aussi mes mails dix fois par heure, j’adore Instagram et je n’ai jamais compris Twitter mais puisque là on parle de l’ouverture d’un blog – cf le titre- on en restera  à la phrase précédente).

Et puis j’ai eu un enfant.

Internet a alors tourné à plein régime :
 » A quoi ressemble un fœtus de deux semaines? Un mois? Deux mois? …. »
« Est-ce que ça fait mal d’accoucher? »
 » Pourquoi mon bébé pleure tout le temps? »
« Combien de fois par jour dort / mange / remplit ses couches un bébé de deux semaines? Un mois? Deux mois ?…. »
Bref, comme toute (ou presque) jeune maman, j’étais désemparée et perdue. J’ai écumé les forums et les blogs à la recherche de témoignages pour me rassurer. Ça n’était pas toujours le cas. Je me souviens d’une discussion sur la version par manœuvre externe (en gros on essaye de retourner ton bébé en siège en appuyant sur ton ventre) où un témoignage disait « je l’ai fait la semaine dernière et mon bébé n’a pas survécu. » ….euh…. Enfin j’ai surtout trouvé beaucoup de choses sympas et me suis aperçu que je me passionnais aujourd’hui pour des sujets qui m’indifféraient hier encore (j’avais vingt ans…). D’ailleurs j’ai regardé tous les épisodes de Baby Boom et suis avec ferveur les Maternelles. Mais surtout j’ai réalisé que j’avais moi aussi envie de partager ce que je vivais car même si c’est l’aventure la plus banale du monde, c’est surement la plus belle!

En résumé, je suis la  jeune maman, (‘jeune’ dans mon statut de mère, un peu moins dans celui d’être humain, encore que tout est relatif) de Bébé Putois, quatre mois et des brouettes.
En ce moment je m’interroge sur l’allaitement et la reprise du travail (il y a quelques jours en arrière). Je me suis déjà lassée des méthodes pour calmer les pleurs du soirs et m’en fiche encore de la diversification (mais dans quelques semaine je serais la reine de la purée de carotte).

Premiers Moments