16

De la licorne de mon fils: approche personnelle de la théorie du genre

J’ai toujours voulu une fille. Les filles sont jolies. Les vêtements de fille sont jolis. Les jouets de fille sont jolis. Et puis une fille, je connais, j’en suis une. Faire des nattes dans les cheveux, jouer à la poupée et évoquer l’arrivée des premières règles, je suis prête!

Mais voilà, j’ai eu un garçon. Petites voitures et polémique du décalottage de zizi.  Enceinte, je me doutais que j’attendais un petit gars. On avait parié avec Papa Breizh. J’ai gagné mais j’étais déçue quand même. Papa Breizh craignait que je n’aime pas ce modèle avec zigounette. Qu’on soit bien d’accord, j’aime mon fils de tout mon cœur et je ne l’échangerai contre aucune blondinette au monde.Ça n’a rien à voir avec l’amour, ce sont des histoires de bébé idéal et de bébé réel. Je me console en me disant que les fils préfèrent leur maman, l’œdipe joue en ma faveur. D’ailleurs j’ai cette conviction profonde que je n’aurai jamais que des garçons, mais ça c’est une autre histoire.

Je m’étais dit que je serais plus dure avec un garçon. Je trouve les choses parfois compliquées à vivre pour les femmes et je ne voudrais pas faire de mon fils un goujat qui rentre chez lui, met les pieds sur la table et attend que bobonne lui apporte une bière. Papa Breizh avait peur que je sois trop sévère. En vérité, je sens que je vais avoir du mal à lui dire non vue la façon avec laquelle je ramasse patiemment tout ce qu’il jette par terre. Mais les enfants rois ne sont pas si terribles …

Voilà pour l’éducation, par contre pour le vestimentaire et le ludique, je voulais bien laissé gérer Papa Breizh (dans le but secret, que si on a un jour une fille, il me laisse gérer et que je puisse me lâcher sur les tutus roses à paillettes). De ce côté là, le père avait des principes :  » Pas le pyjama vert clair, ça fait fille« , « Pas ce orange là non plus », ni ça, ni ça …. Je l’ai senti vexé dans sa virilité lorsqu’on a pris deux ou trois fois le poupon pour une poupette. «  C’est parce qu’il est tellement beau qu’il pourrait être une fille » ai-je tentée de le rassurer. Du coup, nous faisons tous les achats en commun et je lui laissais le dernier mot. Puis Papa Breizh a commencé à lâcher du lest. J’ai eu le droit de lui choisir des habits toute seule. J’y suis allée doucement, j’ai parfois fait demi tour en en échangeant certains. Moi qui adore les bébés en leggings, j’ai introduit tout doucement les joggings en jersey « tu vois, c’est pratique et confortable » en les prenant de plus en plus moulants.

Côté jouets, on en a récupéré pas mal. Pour l’instant ce sont des objets de bébé, donc asexués. On s’amuse ensemble avec Putois, on fait les foufous. Parfois on joue à être énervés et on balance tout partout, ça nous fait bien marrer. Je me réjouis de nos premières peintures, de la pâte à modeler et des gâteaux aux vermicelles colorées. Je laisserai le papa s’occuper du foot et du vélo. Et pour les Legos, je suis sure qu’on pourra y jouer tous ensemble.

Et puis cet été je me suis mise au crochet et je lui ai fabriqué un lapin bleu. J’ai continué avec un chat aux couleurs de l’océan, après tout Putois est à moitié breton. Et puis un jour, je ne sais pas ce qui m’a pris mais j’avais vraiment envie, alors je me suis lâchée et j’ai fait ça das mon coin. Je me suis raisonnée quand même en ajoutant des crins turquoises et non mauves. J’ai commencé en cachette de Papa Breizh, des fois qu’il désapprouve. Au fur et à mesure de l’avancé de l’ouvrage, je l’ai laissé trainé un peu partout histoire que l’homme se prépare. Et puis un jour c’était achevé, j’avais crocheté une licorne à mon fils. Ça a bien fait marrer Papa Breizh qui a soupçonné que je l’avais fabriqué pour moi. Faut dire qu’elle est restée quelques jours sur ma table de nuit. Petit Putois n’en a pas eu grand chose à faire de ce nouveau jouet. Ni plus, ni moins, que du lapin et du chat bleus. La seule y ayant prêté attention est Dent De Sabre, la lapine, seule autre présence féminine de la maison. Elle l’a emportée dans sa cage en courant … mais je crois bien que c’est parce qu’elle s’était coincée la dent dans une maille et que paniquée, elle a filé en courant.

Depuis, j’ai acheté un legging à Putois, au rayon fille. Il y en avait aussi pour les garçons mais plus large et surtout sans matière toute soyeuse à l’intérieur. Les petits mecs aussi ont droit à la douceur pour leurs cuissots! Et l’autre jour avec Papa Breizh, on a choisi une gigoteuse bleue claire, « comme ça elle pourra aussi servir si on a une fille » a-t-il précisé.

Calin&RisetteLicorne2

Calin&RisetteLicorne3

Calin&RisetteLicorne1

Publicités
9

De mes bidouilles du moment

En ce moment je n’ai pas trop de temps. Et puis j’ai le cerveau saturé par mon travail assez cérébral. Alors je n’ai pas trop le cœur à écrire. Je culpabilise un peu et puis je me dis qu’après tout ce blog est avant tout pour moi et qu’il ne faudrait pas qu’il devienne une contrainte. J’ai quelques idées d’articles en tête ou sur des bouts de papiers mais quand le petit fait la sieste, j’ai d’autres envies.

Mon bébé reste dans ma tête quand même et je m’occupe les doigts en pensant à lui. Pendant mes vacances dont je parlais dans mon dernier post, je me suis mise au crochet. En me promenant au supermarché, je suis tombée sur un livre d’amigurumi et sitôt rentrée j’ai farfouillé sur le net et grâce à Pandore et son tuto , un petit lapin est né. Depuis il y en a eu d’autres qui m’accompagnent dans mes trajets en train pour aller au travail, mes doigts crochètent pendant que mes pensées vont à mon fils.

Calin&RisetteBidouille1

Calin&RisetteBidouille2

Et vous, vous bidouillez?