De l’envers du décor : mes talents de ménagère

Je sais bien, je n’ai jamais présenté un endroit rutilant. Vos commentaires me renvoient parfois mon angoisse en écho et je réalise que mes articles semblent de temps en temps bien plus tristes que notre réalité. Et pourtant il y a encore une vérité que je vous tais.

Je crois être une bonne mère. Bien sûr parfois je crie et d’autres fois je préfère mon smartphone à mon fils (il a un mode silencieux et s’éteint sur demande), mais dans l’ensemble, et surtout parce que Petit Putois a l’air épanoui, je pense que je ne me débrouille pas si mal. Je l’ai dit à plusieurs reprises, ici et ailleurs, je pense que pour éviter le burn out maternel, il faut arrêter de vouloir être SuperMaman. J’ai donc laissé certaines choses de côtés : mes poilus et Papa Breizh, ma carrière de Candy Crusheuse pro, mon boulot, mon intérieur … Je vous rassure, il y a quand même des domaines où je maintiens un semblant d’équilibre. Par exemple, si je ne suis pas sympathique avec Papa Breizh, il me quittera et je serai obligée de descendre la poubelle moi-même. Mais il y a des domaines où c’est la catastrophe : le ménage.

De ce côté là, je n’ai jamais été très douée. Aux diners de famille, certains de mes oncles et tantes évoquent, encore traumatisés, la vision de ma chambre d’adolescente post cataclysmique. En plus, en matière de désordre et de collectionnisme d’inutilités poussiéreuses, j’ai trouvé un maitre en la personne de Papa Breizh. Il faut ajouter que Petit Putois est un bébé et donc qu’il sème et salit autant qu’il rigole. Quant au chat, en mémoire de ses origines bretonnes surement, il aime répandre le sable de sa litière dans tout l’appartement (et ses poils sur tout tissu fraichement lavé). Il n’y a guère que la lapine dont le périmètre d’action se limite à cinquante centimètres autour de sa cage (les crottes ça rebondit à travers les barreaux). Autant dire que si l’appartement était cambriolé, je ne m’en rendrais peut-être pas compte (quoique s’ils emportent notre précieuse télévision …. hum, ça sera peut-être l’objet d’un autre article de confession ça).

Dès le départ nous étions mal partis puisque nous avons emménagé une semaine avant mon accouchement. L’avantage d’un déménagement à huit mois et demi de grossesse, est que personne ne vous en veut de ne pas porter de cartons. Les désavantages? Allez, je vous laisse deviner. Pour couronner le tout, le robinet de raccordement de la machine à laver ne fonctionnait pas, mais qui a besoin de faire des lessives avec un nouveau né? Le tuyau de douche était cassé, mais j’avais à peine le temps d’en prendre de toutes façons. Et le chat a attrapé des puces pendant mon séjour à la maternité. Lui qui n’a jamais mis une patte dehors a probablement hérité des parasites des locataires précédents (visiblement le vieux parquet avec de gros interstices n’est pas très hygiénique). Certains cartons n’ont toujours pas été déballés à l’heure actuelle et les rangements provisoires sont devenus permanents (je parle entre autres de mes magnifiques étagères de garages en métal rouillées qui sont installées de guingois dans la chambre et la cuisine). A cela sont venus s’ajouter de nouveau cartons de vêtements tailles un mois, trois mois, six mois…un cosy, un couffin, une baignoire pour bébé …

Aujourd’hui, la situation est devenue ingérable. Cela met en péril l’équilibre de toute la famille à cause des tensions que ça engendre. Sans parler des dangers réels pour Petit Putois. A l’apprentissage du quatre pattes, il a pu gouter les feuilles mortes qui jonchaient le sol du couloir par exemple (on garde la poussette dans l’appartement donc fatalement on rapporte des bouts de trottoirs). Les produits ménagers sont stockés dans une caisse ouverte à même le sol, juste à côté des outils tout autant à portée de petites mains. Pendant près d’un mois, le sol de sa chambre de petit garçon était constellé de petit flocons de mousse qui débordaient du canapé éventré sur lequel on faisait les fous (avant que je trouve enfin le temps de le recoudre). Je ne vous révélerai même pas où je stocke les médicaments, vous contacteriez les services sociaux, si ce n’est déjà fait.

Pourtant ce n’est pas faute de volonté et de motivation. J’ai fait un tableau spécial sur pinterest et parcouru activement des blogs de femmes (désolée pour le stéréotype) organisées. Je me suis fait un plan d’action en béton qui consistait à faire un peu tous les jours. Ça a tenu trois semaines. Ah, je vous entends bien penser  « et le papa dans tout ça? ». Déjà, lui et moi n’avons pas la même conception du ménage. Cependant, pendant longtemps, il en a fait plus que moi. Comment me plaindre des miettes qu’il laissait sur le canapé alors que lui seul passait l’aspirateur? Mais à la rentrée 2015, mon compagnon a décidé de se lancer dans l’aventure des concours administratifs. Dès lors, ses soirées, ses weekends et son temps libre sont dédiés aux révisions. J’ai l’impression de me retrouver avec tout le reste sur les épaules. Du coup, j’ai vraiment du mal à supporter que ses putains de chaussettes sales soient par terre à trente centimètres du panier de linge qui ne déborde même pas pour une fois! Bref, nous nous retrouvons au milieu d’échange stériles et nous nous justifions en permanence : « je ne suis pas en train de rien faire », « oui mais moi, j’ai changé la couche du petit »,  » et moi j’ai nettoyé la litière du chat » …

J’ai lu la Magie du Rangement de Marie Kondo. C’est une méthode développée par une japonaise qui a une belle névrose obsessionnelle (elle racont , assez tristement, comment, petite, elle passait ses récréations à ranger la classe plutôt qu’à jouer avec ses camarades). Elle préconise de faire un tri drastique en se désencombrant de tout le poids (sentimental, pécuniaire…) qu’on lie aux objets. En gros, il ne faut garder que les objets qui nous apporte du bonheur (et aussi un peu ceux qui sont utiles parce que sinon qu’est ce qu’on ferait de la brosse à chiottes?). Je me suis débarrassé de cinq sacs poubelles de vieux vêtements, d’habits trop petits où tout simplement dans lesquels je ne me sentait pas jolie. Même Papa Breizh s’y est mis. Mais là, même si j’inspire à plus de simplicité, c’est difficile de continuer. Ça me fait mal au cœur de jeter des choses qui fonctionnent, mais c’est compliqué de les donner ou les revendre. Par exemple, nous souhaiterions nous acheter un nouveau lit avec des rangements en dessous. Cela suppose d’abord de tenter de revendre l’ancien. Donc il faudrait que je range la chambre, que je fasse joliment le lit, que je prenne des photos pour les mettre sur le Bon Coin. D’ailleurs est-ce qu’on garde le sommier? Il faudrait voir s’il convient pour le nouveau lit, du coup il faudrait faire un tour chez Ikéa.  Et d’ailleurs, est ce que mes parents ont toujours les baldaquins du lit actuel? Qu’est ce que je ferai du vieux matelas? …Bref ça m’épuise rien que d’y penser. Et c’est pareil pour l’armoire, le four, la machine à laver …

Bref je me sens complétement débordée. Honteuse de vivre dans un environnement si chaotique qui peut même être dangereux pour mon fils. Fatiguée de la montagne que je vois devant moi, épuisée des tensions que ça génère dans mon couple et toute bête car j’ai l’impression que toutes les mamans gèrent sauf moi.

Voilà, je vous dis tout, pour arrêter de faire l’autruche, pour me mettre un coup de pied au derrière et pour avoir vos conseils.

Et vous, comment vous faites?

Calin&RisetteEnverDuDecor

Petit mot de dernière minute : Cet article, je l’ai en tête depuis très très longtemps. Je pensais même l’illustrer en mettant une photo de mon évier débordant de vaisselle. Depuis j’ai acheté un lave vaisselle, ce qui d’après instagram correspond au mois d’août 2015! Bref, je l’ai en tête, j’ai un titre et les idées qui vont avec, j’ai commencé à le gribouiller en juillet sans grande conviction. Et puis j’ai fini de l’écrire vendredi après avoir passer une demi heure au téléphone avec ma mère  à pester contre l’état de mon appartement. Et vendredi soir, Papa Breizh est rentré comme une tornade, démarrant une lessive, rangeant la vaisselle … Là il est en train de nettoyer les toilettes et ce matin il a enmené Petit Putois au Parc, ce qui m’a permis de mettre de l’ordre dans le salon (je viens de terminer de passer l’aspirateur). Esperons que nous sommes en bonne voie.

Publicités

9 réflexions sur “De l’envers du décor : mes talents de ménagère

  1. Alors déjà, j’ai un mantras : ma maison est propre et rangée 1h par semaines, entre la fin de mon gros ménage hebdomadaire et le réveil de la sieste. Avantage du parquet, je ne passe la serpillière que dans la cuisine, l’aspirateur une fois par semaine (par mois à l’étage où les chaussures ne sont pas autorisé), sinon, un coup de balai rapide quand j’y pense … j’aimerais réussir à me forcer à le faire tout les jours/2 jours.
    Pour le reste, difficile de t’aider, j’ai profité de notre déménagement avec un bébé de 6 mois (plus facile que pendant une grossesse) pour trier (mais pas autant que je l’aurais voulu, fichu Breton). Nous avons deux types de pièces dans notre grande maison, celles qu’on utilise et qui ont été aménager kidproof au fur et à mesure des travaux (coin dédier avec des gros bac où il jette ses jouets à la fin de la journée ou moi XD, déco et objet fragile à minimum 1m50) et les pièces de stockage où attendent les derniers cartons, etc.
    Dans l’idée, on aimerait garder deux espaces greniers et l’écurie comme zone de stockage, même si j’ai toujours espoir de trier/donner/jeter à chaque phase de travaux. Et que chaque pièce soit pensée de manière fonctionnelle. Et plein de rangement pour cacher le bordel : placards sous l’escaliers, caisses dans les chambres, etc.
    Bon, par contre, même en mettant la panière de linge sal à l’emplacement où mon mari se change, il n’a pas encore réussi à le faire … ‘-_-. Pour les garçons, il y a une jolie panière dans leur chambre et je le présente de manière ludique dès le plus jeune âge ^^.

    J'aime

    • Mais quel long commentaire Mam’Weena! XD
      Bon alors, si je comprends bien, le problème c’est que les bretons ne savent rien jeter? XD Bon ok, moi non plus je ne sais pas. Mais là j’apprends.
      C’est vrai que plus on a de place, plus on entrepose. Avant on avait une cave, du coup il y a des cartons qu’on a entreposé à l’aménagement et qu’on a ressorti en déménageant… bon, maintenant on n’a moins d’espace de stockage. On a bien un garage mais il ne ferme pas à clé (et tout à l’heure j’ai vu les voisins faire du feu dans celui d’à côté!).
      Avec les travaux, et deux petits je suis admirative (et en plus tu prends le temps de lire et de commenter mes posts), tu serais pas un peu une super héroïne toi?

      J'aime

      • Oulala, non, un, je suis au chômage donc « que ça à faire », deux, j’ai un planning de tâches répétitives (par semaine et par mois pour les gros truc genre laver la baignoire ou le dessus de porte) et trois, je suis partisane du moindre effort : tout ce qu’une machine peut faire, je lui laisse et je ne fait que l’essentiel (par exemple pas de repassage)
        Et parfois, si la journée dédiée est speed, il m’arrive d’oublié et ben tant pis, le gros ménage attendra une semaine de plus 😉

        J'aime

  2. Oh ma pauvre ! Tu as l’air d’être vraiment excédée et épuisée par cette situation ! Et si en plus ça génère des tensions entre vous, c’est vraiment pénible !
    Quand je vois tous les exemples que tu donnes (et parce que je me reconnais dans certains), j’ai envie de te donner un unique conseil : et si vous prévoyiez de vous prendre une semaine (étant donné la situation que tu décris, ça ne paraît pas du luxe) juste tous les deux, en faisant garder Petit Putois par ses grands-parents, par exemple, pour faire un bon gros ménage sous forme de réorganisation de votre appart, histoire que vous vous installiez enfin dans votre chez vous ? Alors, certes, c’est pas très sexy de devoir gaspiller une semaine à faire ça, tous les deux, mais j’ai l’impression que ça vous ferez vraiment du bien, genre gros projet commun, à faire à deux : vous serez vraiment satisfaits du résultat et bien mieux dans votre appartement. Qu’en penses-tu ?

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton gentil commentaire (et dire que moi je viens t’engueuler sur ton blog :P).
      Je pense que c’est une très bonne idée. Dans les faits un peu compliquée mais on pourrait trouver un arrangement. Nos parents habitent à l’autre bout de la France mais la Nounou pourrait peut-être le garder certains jours où je ne travaille pas. Pour des vacances à deux, le papa en a moins que moi (j’ai des rtt) et si on veut allez voir les papis- mamies à Noël il faudrait en garder. Reste qu’il peut peut-être en prendre un ou deux. Ou trouver une baby sitter le weekend. Hum, on va en discuter 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Alors pour commencer j aimerais rectifier une information : je ne suis pas du tout une super héroine non plus, je ne gère rien dans ce domaine. Sur IG mon appartement doit te sembler propre et bien rangé mais j ai une botte secrète (et je ne suis sans doute pas la seule dans ce cas) : une femme très gentille et payee pour passe deux heures par semaine dans notre appartement pour le faire (on a une femme de menage quoi). Sincèrement sinon je ne m en sortirais pas ou ce serait aussi chez nous une source d enormes tensions.
    Comme j imagine que la femme de menage ne rentre pas dans votre budget (et c est vrai que ca a un cout non negligeable) je trouve la proposition de Louna tres judicieuse. Nous avons eu la chance de pouvoir amenager notre appartement avant la naissance et il y a une tonne de petits trucs qui pourront sans doute t aider a long terme (comme ce fameux changement de lit).
    Quant au dilemme de jeter quelque chose qui marche, tu sais, moi j ai deja mis aux encembrants beaucoup de choses… qui ont été récupérees par des passants avant l arrivee du camion !

    J'aime

    • Je crois qu’une femme de ménage déprimerait chez nous. avant de passer l’aspirateur, il faudrait déjà accéder au sol! Je pense que nos gros problèmes sont le désordre et le manque de fonctionnalité de l’appartement actuellement (mais on y travaille, encore ce soir on a remplacé l’énorme bureau qui prend toute la place, par un tout petit).
      Je me souviens quand j’habitais Nancy, de temps en temps y avait soirée encombrant et tu trouvais toute sorte de choses dans la rue. Mais je ne crois pas qu’ils fassent ça ici. Après je pourrais aussi aller à Emmaüs. Mais bon, je dois aussi apprendre à me débarrasser des choses.
      Et quoique tu dises, tu resteras pour moi une super héroïne!

      J'aime

  4. Pingback: J’ai regardé la Maison des Maternelles | Câlin & Risette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s