Le cas de la propreté

L’éducation à la propreté n’a jamais été une phase qui m’emballait dans la vie de parents. Non pas que j’adore nettoyer des fesses ou me lever la nuit mais si j’avais à choisir … d’accord, on ne choisit pas, on prend le package complet. Quoiqu’il en soit, j’ai toujours tenu ça à distance en me disant « on verra« . Dans ma tête, on était propre vers trois ans. Dans ma tête, c’était le fruit d’un long travail de conditionnement skinnerien à base d’encouragements parentaux hystériques pour quelques gouttes d’urine dans un pot en plastique. On lavait beaucoup de petits shorts en éponge mouillés, on passait la serpillère quelques fois. Et surtout on restait assis longuement à côté du pot, en essayant de distraire le bambin pour qu’il oublie son désir gambader partout en espérant qu’un fluide finisse par sortir de son corps pour qu’on puisse applaudir (histoire qu’il comprenne le principe). Il fallait aussi trouver un endroit où se soulager urgemment au milieu de la rue alors que dix minutes avant on avait bien insisté dans tous les sens pour emmener le môme aux toilettes. Bref, l’idée ne me séduisait pas des masses.

Alors j’ai décidé d’attendre. Finalement, dans la veine de l’autonomisation de l’enfant, de l’éducation bienveillante et de la motricité libre, c’est assez tendance d’attendre. Mes pérégrinations bloguesques m’ont d’ailleurs appris qu’on utilisait le terme ‘continence‘ et non de ‘propreté‘ qui suggérait que l’enfant était sale. Je me demande quoi penser du fait que je dise parfois à Putois « tu pues du cul » quand sa couche est pleine (écrit comme ça, ça pourrait même me faire passer pour une mauvaise mère). Ah je vous entends bien, j’ai dit que je voulais attendre et me voilà en train de parcourir la blogosphère en quête de tutoriels pour rendre mon enfant propre en douze leçons. Bon, c’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé en réalité mais une chose en entrainant une autre, certaines mamans autours de moi ont commencé à en parler, j’ai commencé à regarder de plus près. Notre ancienne Nounou nous a aussi proposé de commencer l’apprentissage cet hiver, mais vu qu’elle partait le mois suivant, je ne voyais pas l’intérêt. Enfin,il y a l’échéance de l’entrée en maternelle en septembre. Mon petit ira à l’école avant ses trois ans puisqu’il est né en fin d’année. Même si pour être scolarisé, la continence n’est pas un critère d’entrée, ça met quand même la pression. J’ai une collègue qui a confié sa fille à ses grands parents pour l’été, elle est revenue propre à temps pour la rentrée. J’aime bien cette méthode.

Mais si je n’ai pas encore commencer l’éducation à la propreté c’est que je trouvais mon fils trop jeune et trop immature. Mon deux ans et demi est un gros bébé. Il ne mange pas seul, il ne parle pas, il a toujours pris son temps pour toutes les étapes de développement. Et puis j’attendais l’été, les petits culs à l’air plutôt que la grosse doudoune à déboutonner. En plus je n’avais pas envie qu’on s’échine à mettre un semblant de propreté en place pour qu’une fois le petit frère arrivé, Petit Putois régresse, ça n’aurait été drôle pour personne. Non vraiment, je n’ai pas envie de me battre.

Cela dit, la motricité libre n’a pas non plus comme principe de laisser l’enfant dans un coin et de revenir voir si tout va bien le soir. Il faut aussi favoriser le processus d’autonomisation. Alors on a acheté un pot. On l’a laissé trainer, on lui a montré comment s’assoir dessus. Maintenant, avant de sauter dans le bain, il s’assoit dessus, fait ‘psss‘ et une fois sur deux urine dans la baignoire quelques minutes après… Bon, il se familiarise avec le pot au moins. Je lui explique aussi que je fais pipi quand je vais au toilette et en général il vient me donner du papier…. oh eh, si vous êtes choqués c’est que vous n’avez pas d’enfant! (ou alors qu’il existe une technique pour être tranquille aux toilettes que je veux absolument connaitre). De même lorsque je le vois uriner (dans la douche) je lui signifie qu’il fait pipi, et quand je le vois déféquer, pareil (histoire de savoir de quoi on parle). Je lui propose même le pot, il refuse systématiquement (mais bon, il refuse un peu tout de toutes manières). Enfin, on travaille activement sur le baissage, remontage de pantalon, c’est pas gagné.
Il y a peut-être un mois, les changements de couches étaient tellement sujets à crises que j’y ai vu un signe. On a dévalisé le rayon slip du supermarché et … et puis rien. Je n’ai pas tenté. A ce moment là, je tirais encore mon lait. J’avais donc les bras occupés en permanence avec un bébé ou une machine de pompage. Je n’aurai pas pu intervenir rapidement en cas de demande et je n’aurai pas voulu mettre le Putois dans une situation d’échec. A ce moment là, c’est moi qui n’était pas prête. J’ai rangé les slips.
Mais voilà, aujourd’hui je n’ai plus cette contrainte et son petit frère espace ses repas. Les jours se radoucissent. La rentrée approche. Je n’ai plus d’excuse.

Et vous, vous en êtes où? En plein dedans? Un vague souvenir d’un passage difficile ou au contraire un apprentissage facile?

Publicités

36 réflexions sur “Le cas de la propreté

  1. Je suis en plein dedans (façon de parler!) avec ma petite Bouclette de 2 ans et 4 mois à qui l’on essaie de donner l’envie d’aller aux toilettes. Sans pression, car pour l’instant c’est le four total, et à vrai dire elle a largement le temps (surtout comme étant de janvier, elle aura encore un an avant d’aller à l’école, donc on est larges). J’avoue lui expliquer et proposer les choses, mais ne pas insister. Ma grande a été propre à 2 ans et 9 mois, on lui en parlait depuis longtemps sans succès, et puis elle a eu son propre déclic, et en 2 jours elle était propre nuit et jour. Alors, ça viendra quand ça viendra!

    Aimé par 1 personne

    • Mon deuxième fils est de janvier, c’est vrai que je sens que ça sera plus cool. Mais le premier est de novembre, il est encore si petit (non c’est pas la complainte de la maman).
      J’attends aussi le fameux « déclic » mais je me demande si je fantasme pas un peu.

      J'aime

  2. Ah ah, après un mois de février plein d’espoirs, FeuFolet à tout laissé tomber 😢
    Depuis, calme plat à l’horizon … FeuFolet en parle un peu, réclame à ce que MOI j’aille sur le pot, m’accompagne aux toilettes (en commentant joyeusement ce que je fait), mais refuse catégoriquement d’y reposer son séant …
    Mais bon, comme la parole, je me dit qu’au pire, ils sont encore petit, la rentrée devrait les booster 😉

    J'aime

    • Oui, la directrice de l’école me disait que le fait de voir les autres enfants aller aux toilettes allait surement le stimuler. De touts façons je vois bien que quand il est avec des enfants plus grands, il a tout de suite envie de faire plus de choses.
      N’empêche que dans ton témoignage, on sent bien que ça travaille FeuFolet!

      Aimé par 1 personne

  3. Tu as raison, c’est bien plus facile l’été ! C’est un apprentissage qui peut se révéler difficile. Dans l’idéal, il ne faut pas brusquer nos enfants mais avec la rentrée en maternelle, ça rajoute un petit stress. Néanmoins, j’ai envie de dire que tu as encore bien le temps. Lui proposer le pot régulièrement pour le familiariser c’est top. Tu peux aussi essayer directement les toilettes avec le réducteur, certains ne veulent pas le pot. Mais je pense sincèrement qu’en un mois, c’est suffisant. Et c’est plus simple de le faire en vacances, quand on a davantage de temps !

    Aimé par 1 personne

  4. Ici Pierre va volontiers sur le pot parfois il fait quelque chose, parfois pas, et c’est tout… Je n’ai pas encore osé lui retirer la couche pour un laps de temps mais c’est la prochaine étape que j’envisage. Après j’ai beaucoup de chance avec le système allemand il ne fera pas sa rentrée en septembre donc je suis très relax sur le sujet. Et avec l’arrivée du petit frère qui s’annonce je ne veux pas lui mettre une pression supplémentaire.

    J'aime

  5. Ici c’est catastrophique… Elle se retient pour la couche, me refuse le pot, et hurle si elle se fait pipi dessus. Elle va avoir 3 ans en octobre, mais si elle est pas propre c’est pas sûre qu’elle puisse aller à l’école à la rentrée, je stress je désespéré.

    J'aime

    • Nus on n’ est pas allé aussi loin dans nos essais. C’est justement ce type de choses qui me fais peur.
      En même temps, tu as vu, Camomille, un peu plus haut nous dit qu’on a le temps 😉
      Je ne sais pas comment ça se passe dans ton école, quand j’ai inscrit Putois il n’y a pas longtemps, la directrice m’a demandé s’il portait des couches pour la sieste. Je lui ai dit qu’il en portait tout le temps et que pour l’instant on n’avait pas démarré l’apprentissage de la propreté. Elle m’a dit qu’on avait le temps, que de toutes façons ce n’était pas un critère de non accueil et que le fait de voir ses camarades aller aux toilettes le motiverait peut-être. Bref, je l’ai trouvé super.

      J'aime

      • Nous non plus on lui mettait une culotte 🙂 J’ai appelé tout à l’heure et j’ai posé la question, elle m’a dit qu’il était pas nécessaire qu’elle soit propre pour être scolarisé car ils allaient aux toilettes très régulièrement, donc si elle est pas propre à la rentrée, elle le deviendra très vite. Prends moi pour une folle mais j’ai repris des couleurs quand elle m’a dit ça mdr

        J'aime

  6. Mini BDC ne manifeste absolument aucun intérêt pour le pot ou pour faire ses besoins ailleurs que dans sa couche … Pourtant, j’ai l’impression qu’il sait contrôler puisqu’il fait pipi dans la douche quand je lui demande et qu’il peut « faire exprès de péter » 😀 On lui a acheté des slips d’apprentissage au cas où, on essaie de lui mettre le soir quand on rentre, même si on sait pertinemment que ça ne donnera peut être rien. On propose, il dispose !

    J'aime

    • Je sais pas pourquoi, mais ta dernière phrase ‘on propose, il dispose’ me semble un bon résumé de la maternité en général XD
      Cela dit c’est très chouette de faire exprès de péter, moi par exemple je ne sais pas le faire.
      après je compatis, mon petit mec aime se laisser vivre. Par exemple il sait tout à fait manger seul mais préfère qu’on lui donne la becquée. On a bien essayer de le laisser se débrouiller, sans résultat.Il va jusqu’à m’attraper la main, me coller sa fourchette dedans et me montrer précisément quel bout de nourriture il veut…

      J'aime

  7. Je laisse faire ma fille. Elle a des petites période ou elle va sur les toilettes mais ça dure jamais bien longtemps. Par contre, elle adore être les fesses à l’air. Du coup, j’éponge régulièrement 😦 Enfin, c’est une bonne occasion de laver le sol 🙂

    J'aime

  8. Je suis un peu dans la même réflexion, et ma fille a six mois de plus :/ Elle demande parfois à faire pipi sur les toilettes, il faudrait qu’on achète un réducteur pour celui du bas aussi (elle a un pot mais elle préfère le réducteur des toilettes du haut), mais ça reste minoritaire sur la journée. Pour le moment, j’ai l’impression qu’à la maison, personne n’a la motivation pour aborder ce fameux défi de la « continence » (en réalité, elle est continente, c’est bien propre qu’elle n’est pas, dans le sens où elle pourrait physiquement aller aux toilettes, mais qu’elle préfère faire dans sa couche). On a eu comme toi de fausses alertes, et puis on en est revenus au confort des couches-culottes (qu’on ne prend pourtant pas particulièrement de plaisir à changer…).

    On va voir aussi quand la petite soeur sera plus grande et les jours plus doux… De toute façon, il faudra bien que cette histoire soit réglée pour la rentrée… heureusement, ou malheureusement, elle n’y ira qu’à 3 ans et demi, on ne peut pas dire qu’il va falloir la presser au point de vue de l’âge, du moins…

    J'aime

    • Je ne sais pas pourquoi mais en te lisant il m’est revenu un souvenir de jeunesse en me disant que moi aussi j’avais tendance à ma laisser vivre. Ainsi je me rappelle que mon père, chez qui je vivais à l’époque, m’a habillé très tard jusqu’à ce qu’un matin, en allant aux toilettes à l’école (donc j’étais déjà en primaire), je me rende compte qu’il avait oublié de me mettre une culotte. Après je me suis habillée seule …
      Voilà voilà, tout ça pour dire que moi en primaire j’étais continente mais que je ne m’habillais pas seule. Bref, je ne sais pas trop quel est le rapport mais je sens que tout ça a un sens XD

      J'aime

  9. j’aime beaucoup ton accroche. moi aussi cette phase vraiment ne m’emballait pas DU TOUT, du coup je l’ai pas mal repoussé, je ne voulais pas m’en occuper, vraiment je préférais changer les couches que l’idée des flaques d’urines partout / changements de draps / pause partout à soulever les fesses de son enfant. Et j’avais le luxe d’avoir le temps alors (naissance en février oui ça aide beaucoup pour ça)… En vrai rien de tout ça, ça c’est vraiment fait vite (oui 1 mois à l’aise si il a envie) presque sans aucun accident. Bien sûr que ça dépends, mais juste pour te dire que c’est possible, et que les choses ne se passent pas forcément comme on le pense. Si tu lui propose à l’habillage slip ou couche, il ne veut que les couches?

    J'aime

    • Ah ben comme quoi, parfois même quand on ne veut pas XD Ton témoignage est plutôt rassurant.
      Je ne lui ai pas encore proposé directement les slips, j’avais peur de ne pas assurer le « service après vente » mais c’est imminent. Faut juste que je m’assure d’être un peu disponible pour lui.

      J'aime

  10. J’ai pas trop de conseil à apporter, car ma Miss E n’est pas encore rendu à ce stade (17 mois on est encore large !!). Par contre je commence à m’interroger et à essayer de voir comment on fera. J’avoue que c’est un passage qui me stress un peu. Au vu des commentaires je ne suis pas la seule. Du coup ton article tombe très bien.

    J'aime

  11. J’étais à fond pour mon 1er et le bilan que j’en retire c’est que quand ils sont prêts, ca se fait en une semaine.
    Maintenant je suis super relax pour ma 2eme qui rentre en septembre à l’école. Mais j’attends parce que comme toi je suis pas motivée pour passer la serpillière derrière elle…

    J'aime

    • Eh « une semaine », je garde ton commentaire comme référence pour me motiver XD
      Bon franchement chez nous il fait moche, c’est une mauvaise période pour se balader les fesses à l’air, le linge ne sèche pas, le sol humide non plus …

      J'aime

  12. Idem ici elle n’est pas pressée et il y a même un retour en arrière depuis quelques semaines elle refuse le pot (alors qu’en mars elle y allait presque tout le temps ). Mais avec l’arrivée imminente du bébé j’ai pas envie de me prendre la tête, pas envie de courir avec une serpillière à 9 mois de grossesse surtout si régression il doit y avoir à la naissance de la petite soeur. J’ai pas encore eu de rdv à l’école mais jespère qu’ils seront aussi compréhensifs que dans la tienne. En tout cas ça me rassure de voir tous ces témoignages d’enfants pas encore continents et qui vont à l’école en septembre. .. je me sens moins seule !

    J'aime

    • Moi je trouve ça déjà très chouette qu’elle y ait été sur le pot. Chez nous, il n’y a jamais rien eu dedans, à part de la poussière maintenant.
      Et puis je te l’accorde, le timing grossesse / apprentissage de la propreté n’est pas adéquat. Mais si ça se trouve, lorsqu’elle verra sa petite soeur avoir des couches, elle n’en voudra plus. Après tout, parfois ils régressent, parfois ils grandissent. Le notre ne veut plus du tout de biberon par exemple.

      J'aime

  13. Ah ben c’était un sujet d’actualité chez nous aussi, il y a 5-6 semaines ! D’ailleurs, mon article à ce sujet est prévu pour lundi prochain, comme quoi, on est en phase ! 😉
    Chez nous, ça s’est fait en deux étapes distinctes :
    – une première étape l’été dernier où, après l’avoir confiée 10 jours à mes parents, on l’a retrouvée pratiquement propre. Malheureusement, la reprise de la crèche a mis un terme abrupt à ces débuts prometteurs (mais à mon humble avis, plus que légèrement forcés par une grand-mère maternelle overmotivée)
    – une deuxième étape très récente, donc, qui fait directement suite à la visite des locaux de sa future école maternelle. Alors qu’on avait clairement lâché l’affaire (fin de grossesse, arrivée imminente de bébé, maman sous sciatique et pas envie de se stresser à ce sujet ici non plus…. Bref, les arguments de tout parent normal, quoi ! 😉 ), Poupette s’est mise à réclamer à nouveau, et en l’espace de quelques jours, repartis sur plusieurs week-ends d’affilée, elle a été complètement autonome.
    Et d’ailleurs, en écrivant l’article à ce sujet, je me suis rendue compte que je ne savais même pas vraiment quels conseils donner, puisque, en toute sincérité, on n’a vraiment pas fait grand chose ! C’est elle qui, tout à coup, a décidé !

    J'aime

  14. Hello! J’ai un petit gars d’avril donc qui va entrer à l’école à 3 ans bien passés. Clairement, il est aussi du genre à prendre son temps (pour marcher, pour parler – pb audition temporaire pour la parole mais bon…) Bref, un truc qui a aidé chez nous, outre de voir les copains le faire à la crèche et être régulièrement invité à essayer, c’est… un tiroir pleins de slips « classes », du type superman, spiderman, pat patrouille…. alors d’un côté c’est nul les trucs  »brandés » mais si ça motive les troupes 🙂 Chez nous l’école précise pas de couche, ramener autant de change que nécessaire… hum… c’est un concept… pour l’instant il ne gère pas quand il dort mais on a le temps! Et une fois qu’il a eu décidé qu’il était prêt à essayer, ça s’est mis en place sur… 2 – 3 semaines… max… on a encore des accidents mais qui s’espacent de plus en plus! Bref, il sera grand temps cet été, ça va le faire !

    J'aime

    • Dis donc je les trouve dur dans ton école.Surtout pour nos machines à laver XD
      L’autre jour, on a tenté le slip. J’ai pris spiderman, avec un beau logo pile où il faut (bon goût quand tu nous tiens). J’étais hyper stressée dès que je le voyais assis sur le canapé, ou sur quelque surface difficile à lessiver ou dès que j’avais les mains occupées. On a fait quelques tentatives sur le pot, toujours à mon initiative, il s’assoit tant bien que mal et imite le bruit du pipi. Bref, 5 minutes après le dernier essai, je commence à cuisiner et je remarque que son slip est mouillé ainsi que ça chaussette. Je pense qu’il aurait pu continuer la journée comme ça. En fait être sale ne l’a jamais gêné (ce qui est cool quand t’es en vadrouille et tu n’as pas emmener de change). Il ne semblait même pas avoir remarqué. Bref je lui ai remis une couche. Puis je me suis demandé où avait eu lieu le méfait. J’ai retrouvé plus tard une grosse flaque sur ma chaise de salle à manger. J’ai beni maison du monde que j’avais maudit une semaine avant car il n’avait pas les chaises en tissus que je voulais, de devoir attendre trois semaines de livraison.
      Bref, je crois qu’il n’est pas prêt!

      J'aime

  15. Pingback: Des étiquettes pour l’école | Câlin & Risette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s