Nounou est partie

J’ai beau détesté Nounou, je dois bien avouer que c’est une perle. Et puis un jour, à la fin de l’été ou au début de l’automne, elle a dit à Papa Breizh qu’elle s’en allait. Son appartement était vendu et elle cherchait une maison. Forcément ça serait plus loin, rapport aux prix de l’immobilier, tout ça, tout ça. Moi ça m’a fait tout drôle, mais pas dans le bon sens du drôle. Papa Breizh aussi. Le Putois, lui ne savait pas.

Au début elle n’a pas trouvé de maison, elle a parlé de louer un appartement dans le quartier en attendant, au moins jusqu’à ce que le Putois aille à l’école. Parce qu’elle y était attachée au Putois. Papa Breizh a même vu briller ses yeux de tristesse à l’annonce du départ. Je crois qu’elle a tourné le problème dans tous les sens mais qu’il n’y avait pas de solution. Nous, on lui a annoncé la fabrication du petit deuxième, on lui a promis plus de travail à venir, mais ça n’a pas suffit. On n’y a pas cru, on attendait toujours un miracle de dernière minute. Elle non plus n’a pas vraiment anticipé, elle n’en a pas parlé aux enfants. Encore deux semaines avant de partir, elle me demandait si je voulais qu’on commence à apprendre la propreté au Putois. Ce n’était pas du détachement, c’est qu’elle avait trop de peine.

Et puis c’est arrivé. le dernier jour de garde, mon dernier jour de travail avant le congé maternité. Ce soir là, on est presque partie comme d’habitude même si nos yeux brillaient beaucoup de tristesse. On a promis de se revoir. Je me sentais comme après une rupture amoureuse. J’étais tellement malheureuse pour Petit Putois qui n’avait pas encore vraiment compris même si on lui avait un tout petit peu expliqué.

Nous sommes dans une crèche familiale. C’est une association qui gère plusieurs assistantes maternelles, ils s’occupent notamment de l’aspect administratif et financier. Une fois par semaine, les nounous et les enfants se retrouvent à la crèche pour des activités. L’organisme nous a donc proposé une autre assistante maternelle. Elle habitait loin, une demi heure de marche, ce qui a huit mois de grossesse ou à deux ans, semble un Everest. Je ne l’aimais pas. Un truc qui clochait, on étouffait chez elle. Mais je me suis dis qu’il fallait surtout que je fasse le deuil de notre perle. On n’avait pas tellement le choix.

La semaine d’adaptation a commencé. Le premier jour, on y est resté une demi heure le Putois et moi. Le deuxième jour, il était censé y rester seul une heure. Sachant que c’était à une demi heure de la maison, que je ne savais pas quoi faire pendant cette heure car il faisait un froid de janvier que j’étais très enceinte et grippée, j’ai annulé. Le lendemain, c’était la demi journée qui était prévue. Elle m’a envoyée un message la nuit pour me dire qu’elle était à l’hôpital pour un souci cardiaque. Le jeudi, il y est allé pendant que j’étais chez le gynécologue. Le vendredi, il y est resté la journée. Ça se passait bien d’après elle. C’était ma première semaine de congé maternité (enfin de congé pathologique), j’étais épuisée. Le semaine suivante, nous lui avons encore fait faux bond, je venais d’accoucher en urgence…

Après, c’est devenu pire. Le Putois pleurait chaque matin. Il retenait ses larmes dans l’ascenseur et ça débordait quand je partais. Il n’avait jamais fait ça auparavant. Et pour la première fois, moi aussi je pleurais de l’abandonner. Bien sûr les circonstances avec mon hospitalisation et l’arrivée du petit frère expliquaient beaucoup de choses. J’aurais tant voulu le garder près de moi mais j’en était physiquement incapable et le personnel de néonatalogie me culpabilisait déjà assez de ne pas être là plus souvent. Nos rapports avec l’assistante maternelle étaient difficiles. J’avais très envie de suivre un conseil qu’on m’avait donné un jour pour les relations amoureuses, si c’est compliqué dès le départ, il faut laisser tomber. Mais nous n’avions pas le choix. Et c’était compliqué. Outre nos changements de programme, il y a eu les siens. Puisqu’elle aussi devait déménager mais ne trouvait pas, elle avait des visites de prévues. Du coup ce problème de distance semblaient se régler un jour sur deux, jusqu’à ce qu’elle visite un autre appartement en dehors de la zone de couverture de la crèche familiale (ouf?), mais finalement un autre à côté de chez nous, et puis encore un autre… Ensuite il y a eu les couches, qu’elle devait fournir mais qu’elle fournissait pas puisqu’elle avait des problèmes de dos et ne pouvait donc pas trimballer des paquets de couches (c’est toujours rassurant quand tu lui confies ton enfant). Au final, le Putois se retrouve avec des couches très bas de gamme, je me demande si elle ne le fais pas exprès. Elle habitait un quartier un peu craignos, un jour un mec a menacé de casser la gueule à Papa Breizh dans l’ascenseur. Une autre fois quelques appartements ont brulés dans l’immeuble et il n’y a plus eu d’ascenseur plusieurs jours… Oh et puis il y a eu pleins de détails en fait. Finalement j’en ai déduis que certes j’aimais beaucoup notre ancienne nounou, mais que ce n’était pas juste que la nouvelle souffrait de la comparaison, c’est que je ne l’aimais pas.

Mais l’important était que Putois s’y sente bien et c’est là que je m’inquiétais. Il y avait les pleurs à la séparation et l’excitation le soir. Il était infernal, hyper nerveux, il avait besoin de décharger ses tensions. C’était difficile de savoir si la période d’adaptation était juste un moment « normalement » difficile à vivre, si Nounou lui manquait, s’il était perturbé par les changements familiaux à la maison ou s’il ne se sentait pas bien chez cette nouvelle assistante maternelle. Surement une conjonction de tout ça mais je ne voulais pas passer à côté de quelque chose. J’en ai discuté avec la directrice de la crèche qui est allé faire un tour chez l’assistante maternelle et a été rassurante sur le comportement de mon fils. J’en ai aussi un peu parlé à Nounou qui m’a expliqué un peu le fonctionnement de la crèche du point de vue de l’employé, éclairant certaines réactions que je n’avais pas pu comprendre chez la nouvelle assistante. Mais une autre fois, l’éducatrice qui le connait depuis plus longtemps le trouvait quand même un peu en retrait lors des jours de crèche. En fait le Putois se renferme, il est sage mais il se met en veille pour exploser le soir. Il est triste et ça me brise le cœur.

Et puis il y a deux semaines, ils sont allés avec la crèche familiale dans une aire de jeux pour enfants. Un de ses endroits pleins de boules en plastiques, de toboggans et de décibels. J’ai déposé le Putois au car, il m’a dit au revoir en posant sa petite main contre la vitre froide, ses yeux ont débordés. Je m’inquiétais tellement qu’il ne puisse pas profiter de cette opportunité pour se défouler comme un bambin de deux ans à cause de son cœur trop triste. Au milieu de la matinée je reçois un message de Nounou, notre bonne veille nounou. C’est une vidéo de mon fils et de son ancienne petite camarade à qui il tenait beaucoup (et qui est toujours gardée par Nounou) dans une piscine à boules. Nounou a rejoint ses anciennes copines de la crèche et a retrouvé mon Putois. J’ai les larmes aux yeux à chaque photos qu’elle m’envoie. Je suis tellement heureuse pour mon fils, je sais qu’il s’éclate. Le soir,il est heureux comme tout. Le lendemain quand je le dépose à la crèche, il ne pleure pas. Le jour suivant, chez la nouvelle assistante maternelle, ses yeux brillent mais ne coulent pas.

La semaine suivante, une troisième assistante maternelle entre en jeu. En effet, la nouvelle assistante maternelle a enfin trouvé un appartement et déménage. On a donc une remplaçante pour quelques jours, toujours aussi loin. Je crains le changement mais Papa Breizh est en déplacement, le tout petit bébé se réveille toutes les trois heures et Petit Putois fait des colères terribles. Je sais que je n’y arriverais pas seule. La remplaçante semble calme mais un peu angoissée, elle a tout le temps peur que Putois se fasse mal, si elle savait à quel point c’est une brute! Les trois jours de garde se passent bien. Pas une larme ne coule le matin. Le soir il crie de joie de me voir. La remplaçante et son mari me complimente sur ma bonne éducation, moi je sais que s’il est si sage c’est qu’il reste sur la réserve. Le soir il est nerveux quand même. Mais ça ne se passe pas si mal.

Mardi, Petit Putois retourne chez la nouvelle nounou dans son nouvel appartement, j’appréhende déjà.

 

Publicités

20 réflexions sur “Nounou est partie

  1. Oh la la décidément, j ai de la peine pour ton petit coeur brisé de maman 😦 … Le discours du personnel de la crèche et de ton ancienne nounou est rassurant, apres il est bien sur fort possible que le petit putois ne se sente pas parfaitement bien sur place meme si la nounou fait bien tout comme il faut…
    Pierre est aussi souvent excité et énervé quand je le récupère et un peu en retrait à la crèche (trop sage comme tu dis !), je n ai pas de doute sur le personnel mais je pense que ce sont les difficultés de la collectivité.
    Peut etre que ce changement est un mal pour un bien avant l entree a l école, ou il sera aussi moins chouchouté ? J essaie de trouver des mots pour te rassurer, j espère ne pas etre maladroite ou totalement a coté de la plaque…

    J'aime

    • Ne t’inquiète pas, tu n’es pas maladroite. Ça me touche que tu essaies de me rassurer.
      C’est vrai qu’il était ‘chouchouté’ je pense avec l’ancienne nounou, elle le connaissait depuis le début (ou presque) et elle l’aimait. C’est sur que la nouvelle ne l’aime pas, elle fait son job. Ca c’est quelque chose de très dur pour moi.
      Mais je pense qu’effectivement elle fait ce qu’il faut. Elle travaille depuis longtemps, la crèche encadre pas mal leurs employées… mais bon.
      Après je pense qu’elle n’a pas les même valeurs non plus que l’autre. La première les faisais jouer avec des nouilles suite à une formation à la crèche (j’imagine que ça avait un rapport avec montessori), la fille de la nouvelle prend souvent des happy meal au mc do pour refiler les jouets aux enfants. L’ancienne les emmenait au parc ou dans son jardin, la nouvelle lui fait faire du coloriage quand il fait beau et râle quant il y a une sortie organisée par la crèche. En fait j’ai besoin d’une assistante qui fasse des choses que je ne fais pas, comme l’emmener se dégourdir les pattes, rencontrer d’autres enfants…et pas d’une qui lui fait coller des autocollants et manger des bolognaises (ce que moi je fais quand je suis fatiguée, soit assez souvent en ce moment …)

      J'aime

  2. Aie, je compatis vraiment … je ne sais pas comment FeuFolet aurait réagi si, en plus de la naissance de LutinCoquin qui a été beaucoup plus simple que chez toi, il avait fallu changer de nounou …
    Pour te dire, il la réclame le week-end (payé ton coeur de maman, mon fils voudrait que je travaille à plein temps pour être plus chez sa nounou 😢) … j’appréhende la rentrée, je ne pense pas qu’il ai compris qu’il n’ira plus chez elle (alors que son frère, si, c’est trop injuste).
    J’espère que les choses vont s’arranger car c’est sûr qu’avec tous ce qui vous tombe dessus, dur en plus de voir son petit bout malheureux comme ça 😔

    J'aime

  3. Oh mince, c’est pas simple à gérer comme situation, d’autant que les chamboulement ont été nombreux ces derniers temps pour ton Petit Putois ! 😔
    J’imagine bien ta culpabilité de le savoir malheureux mais d’être obligé de continuer à l’amener. Tu as pu avoir une discussion avec la nouvelle nounou pour essayer de savoir ce qui clochait vraiment ? (Bon après vu de l’extérieur c’est facile de te dire ça, je ne sais pas comment j’aurais géré à ta place!)
    J’espère que petit à petit ils vont s’apprivoiser avec la nouvelle nounou ! Peut être que le changement de cadre avec le nouvel appartement permettra à ton bonhomme de se sentir mieux.

    J'aime

    • Malheureusement j’ai beaucoup de mal à discuter avec elle. Je trouve qu’elle a tendance à minimiser les choses. Au départ elle disait que ça allait mieux en journée mais qu’il se précipitait à la porte à chaque fois que quelqu’un sonnait. Après ça c’est apaisé et elle dit qu’une fois qu’on est parti (car ça se passe pareil avec le papa) elle joue avec lui et ça va mieux. Mais j’aurai peut-être aimé approfondir, avoir des pistes(J’ai tenté d’apporter le doudou par exemple ou ce genre de chose). …C’est son métier et elle le pratique depuis des années, ce n’est surement pas la première fois qu’elle est confronté à ça, mois si. En fait je me souviens quand on l’a rencontré la première fois, elle nous parlait du tout petit qu’elle accueille (quelques mois, je ne sais plus quel âge) en nous disant qu’il pleurait toute la journée depuis le début de l’adaptation (ça faisait à peu près un mois) mais que les parents lui disaient qu’il ne pleurait pas à la maison. Elle ne les croyait pas tellement vu qu’il pleurait aussi chez la voisine des parents qui venait souvent récupérer le bébé … Voilà voilà. Je trouve qu’elle manque un peu de finesse psychologique, mais je cherche peut-être la petite bête. C’est difficile à expliquer, c’est une question de feeling qu’il n’y a pas.

      J'aime

  4. La crèche familiale refuse complètement que vous changiez pour une « simple » raison de feeling ? Et laisser tomber la crèche familiale pour chercher une nounou vous-mêmes ? Il y a une grosse différence de coût ? De qualité d’accueil ? C’est quand même dur d’amener son enfant tous les matins en appréhendant… Après c’est la vie, il aura peut-être aussi une maîtresse ou un patron qu’il n’aimera pas, mais bon…

    Je suis désolée en tout cas de lire ce post tout triste 😦 Heureusement l’école (et sûrement les vacances avant, non ?) va arriver vite maintenant… Et peut-être que pour le petit frère, ça se passera beaucoup mieux, que ce n’est juste qu’une question de semaines un peu dures…

    J'aime

    • Non la crèche familiale ne refuse pas mais n’a pas d’autres assistantes à nous proposer (ou alors à 3/4 de marche avec un tronçon au bord d’une grande route sans trottoir….). Cela dit elle aura peut-être d’autres assistantes maternelles dans notre quartier pour le petit frère en septembre (mais on a aussi une place en crèche).
      La crèche familiale c’est vraiment l’option la moins chère et on avait vraiment trouvé notre compte. L’enfant est à la fois chouchouté par une nounou et gardée chez elle en petit comité la plupart du temps, et puis de temps en temps il va se sociabiliser avec d’autres enfants. En plus la crèche organise toujours plein d’activités comme l’éveil musical, les sorties en aire de loisirs ou dans des parcs animaliers … et puis les assistantes maternelles sont bien plus encadrées qu’en privé où tu as la visite de la PMI tous les 36du mois.
      Cependant on a pensé à cherché une nounou privée. Mais en fait on repousse chaque semaine. Le truc c’est qu’on ne sait pas si c’est vraiment cette assistante qui coince ou si ce sont les circonstances extérieures. Le truc c’est qu’on ne voudrait pas encore réintroduire du changement si le problème est ailleurs. Mais c’est compliqué de démêler les choses.

      J'aime

  5. Tout cela fait beaucoup de changement pour ton petit putois …
    Un bébé à la maison, des changements de nounous. Je pense que c’est normal qu’il soit différent de d’habitude. Puis tu le dis toi-même, tu n’es pas sereine de le laisser et il doit le sentir.
    Pas facile d’être maman et de ne pas culpabiliser …
    J’ai connu cette situation avec mes aînés

    J'aime

    • Oui j’imagine (enfin j’espère) que les choses s’apaisent après et qu’on réussit à trouver une équilibre à quatre.
      Disons qu’on avait bien angoissé pour trouver une nounou la première fois et je m’étais dit qu’au moins cette fois, on s’épargnerait ça. Mais bon la vie est une farceuse parfois.

      J'aime

  6. Oh pauvre petit Putois…. Franchement, je comprends ton désarroi : c’est déjà tellement dur de laisser nos enfants, alors si on n’est pas persuadé qu’ils passent une bonne journée, ça brise le coeur.
    J’ai pris le temps de lire les autres commentaires où tu réponds aux différentes suggestions des copinautes. Du coup, j’ai l’impression que vous avez fait le choix de persévérer au moins encore quelques temps avec cette nounou : peut-être que petit Putois va trouver son équilibre doucement avec cette nouvelle nounou, et puis l’été va vite arriver, puis la rentrée. Peut-être aussi qu’avec les beaux jours, vous allez pouvoir profiter un peu plus longtemps, le soir ? Finalement, la période est particulièrement compliquée pour lui, mais ça l’aidera peut-être pour la suite, les mois qui viennent et l’entrée en maternelle ?
    Plein de courage à vous, en tout cas ❤

    J'aime

    • Merci pour ton soutien 😉
      On a décidé d’attendre un peu et de voir, les deux derniers jours Putois semble plus cool. Elle a déménagé à côté d’un grand parc ou elle les as emmenés se défouler (il fait beau en ce moment). Ca aide.
      C’est un tout petit peu moins loin aussi(15minutes au leiu de 23 d’après mappy), c’est plus cool.

      J'aime

  7. Voilà un post qui laisse bien triste 😦 Je comprends mieux ta situation, et ça ne doit vraiment pas être facile à vivre cet entre deux : « Est-ce qu’on reste comme ça ? Ne pourrait-on pas trouver mieux ailleurs ? ». Perso, je me suis toujours dit que la « nounou parfaite » n’existait pas, et qu’il faut parfois apprendre à confier son enfant à quelqu’un même si le feeling ne passe pas à 100% mais ça n’est pas évident de mettre le curseur de l’autre côté : quelle est la limite entre « pas trop de feeling » et « pas assez de feeling » ?
    J’espère qu’avec le temps, ton Putois et sa nounou vont apprendre à s’apprécier, ou au moins le temps que septembre et ses nouvelles possibilités arrivent !

    J'aime

    • Peut-être pas la nounou parfaite mais presque! enfin ça passait vraiment bien avec notre nounou. En fait, on en a rencontré une demi-douzaine au départ et vraiment, pour le Papa et moi, on aurait fait un choix par défaut. Et puis la crèche nous a proposé la notre et là nous étions unanimes avec PaPa Breizh, c’était elle!
      On aurait pu choisir la nouvelle nounou, elle n’est pas si mal, mais elle n’aurait pas été notre coup de coeur.
      Après le Putois est ‘grand’ et j’ai confiance en ce capacités d’adaptation. Mais confier mon nouveau né à cette assistante là… je suis moins sure.

      J'aime

  8. Pingback: Le grand frère | Câlin & Risette

  9. Pingback: Mes insomnies | Câlin & Risette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s